Nicolas Sarkozy sur l'affaire des écoutes : "Le mensonge est du côté de l'accusation"

Nicolas Sarkozy a des soucis à se faire. L'ancien président de la République doit faire face à une procédure judiciaire devant le tribunal correctionnel de Paris. Il est pointé du doigt tout comme son avocat Thierry Herzog et le haut magistrat Gilbert Azibert. Les trois hommes risqueraient jusqu’à 10 ans de prison et une amende d’un million d’euros. 

Quatre années de prison dont deux avec sursis, telle est la sanction requise le mardi 8 décembre 2020 par le Parquet National de France (PNF) à l’encontre de Nicolas Sarkozy dans le cadre de l’affaire dite des "écoutes Bismuth". A ses côtés, son avocat Thierry Herzog et le magistrat Gilbert Azibert contre lesquels des peines identiques ont été demandées.

Pour les acolytes du président Sarkozy, une interdiction professionnelle de cinq ans pour délit de violation du secret professionnel a également été requise.

Le président de la République Nicolas Sarkozy | Photo : Getty Images

Le président de la République Nicolas Sarkozy | Photo : Getty Images

PACTE DE CORRUPTION ET TRAFIC D’INFLUENCE

Au cœur de cette procédure judiciaire historique se trouve un soupçon de trafic d’influence et un "pacte de corruption" qui se serait formé entre l’ancien Président de la République Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog et Gilbert Azibert début février 2014.

Le Parquet National reproche à l’ex locataire de l’Elysée d’avoir obtenu du magistrat Gilbert Azibert par le biais de son avocat Thierry Herzog des informations confidentielles sur une procédure pendante devant la Cour de Cassation. Cela en contrepartie d’un poste honorifique à Monaco, qu’il n’obtiendra finalement jamais.

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy | Photo : Getty Images

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy | Photo : Getty Images

DES "BRIBES DE CONVERSATION" ET "DES BAVARDAGES"

L’accusation repose sur des conversations téléphoniques ouvertes sur une ligne téléphonique officieuse au nom de Paul Bismuth qui aurait été interceptées. Nicolas Sarkozy a formé sa défense en soulevant le manque de preuve, comparant ces échanges à des "bavardages", des "bribes de conversation". Cela visait à le rassurer sur la procédure en cours devant l'instance judiciaire.

A noter cependant qu’il n’est pas nécessaire à lecture de la loi que la contrepartie ait été obtenue ou que l’influence soit réelle pour qu’une corruption et un trafic d’influence soient établis.  

Selon la législation en vigueur, Nicolas Sarkozy et les 2 coprévenus risqueraient une peine maximale de 10 ans de prison ainsi qu’une amende d’un million d’euros.

LE PROCÈS SUSPENDU

Nicolas Sarkozy tient un micro à la main | Photo : Getty Images

Nicolas Sarkozy tient un micro à la main | Photo : Getty Images

C'est une affaire délicate dans laquelle Nicolas Sarkozy se retrouve désormais. L'ancien président de la République est accusé dans une affaire devant le Tribunal correctionnel de Paris. Peu après l'ouverture du procès en novembre 2020, le juge en charge de l'affaire a suspendu la procédure. Retour sur ce moment.

Les postes connexes
Procès Nicolas Sarkozy : Carla Bruni a fait son apparition au tribunal
Twitter/ParisMatch
Actu France Dec 10, 2020
Procès Nicolas Sarkozy : Carla Bruni a fait son apparition au tribunal
Nicolas Sarkozy, furieux et indigné, se défend devant le tribunal correctionnel de Paris
Getty Images
Actu France Dec 08, 2020
Nicolas Sarkozy, furieux et indigné, se défend devant le tribunal correctionnel de Paris
L'affaire Nicolas Sarkozy : le procès est suspendu peu après son ouverture
Getty Images
Célébrités Nov 24, 2020
L'affaire Nicolas Sarkozy : le procès est suspendu peu après son ouverture
Affaire Alexia Daval : l'avocat de Jonathann est accusé
Twitter/franceinfoplus
Actu France Oct 07, 2020
Affaire Alexia Daval : l'avocat de Jonathann est accusé