Une jeune fille se souvient qu'elle a été adoptée contre son gré : "On m'a demandé de dire que j'étais orpheline"

Julie Foulon est une jeune femme marquée par le destin. Adoptée à l'âge de 6 ans avec sa sœur de 4 ans, cette jeune femme d'origine éthiopienne a été forcée à se faire passer pour une orpheline.

C'est une histoire que l'on a peine à croire. Fraîchement débarquée de son Éthiopie natale, Julie Foulon a été adoptée en France grâce à l'intervention de l'association Les Enfants de Reine Miséricorde (ERM). Tout aurait pu être parfait si elle n'avait pas dû passer son enfance à raconter qu'elle n'avait plus ni père, ni mère. Ce qui était loin de la vérité. Zoom sur cette histoire inédite.

UN MENSONGE AUX LOURDES CONSÉQUENCES

Tout commence en 2003 quand le père de Julie décède des suites d'un tragique accident de voiture laissant derrière lui, sa femme avec leurs 7 enfants. Ne pouvant s'en sortir seule, la mère avait demandé de l'aide. Cette aide s'était présentée sous la forme d'une association s'occupant des orphelins et appelée Les Enfants de Reine Miséricorde.

Dans les souvenirs de Julie, leur mère les avait réveillées, sa sœur et elle pour les accompagner à un bus où se trouvaient déjà d'autres enfants. En faisant ses adieux à ses filles, cette mère leur avait dit qu'elles partaient étudier aux États-Unis, mais qu'elles seraient de retour chez elles quand elles auront 18 ans.

Peu de temps après, un homme de l'association avait tiré les fillettes à l'écart pour leur dire qu'elles avaient tout intérêt à dire que leur mère était morte de maladie. Dans le cas où elles désobéiraient, il y aurait de graves conséquences.

À leur descente du bus, elles ont été conduites dans un orphelinat sans aucune explication. Par la suite, elles avaient pris l'avion, pensant se rendre en Amérique alors qu'elles allaient à Paris. À leur arrivée, elles étaient attendues par un couple de blancs qui les conduisirent chez eux, leur donnèrent de nouveaux noms et leur témoignant de l'affection, sans qu'elles ne comprennent ce qui se passait.

Les mois et les semaines qui suivirent, Julie ne rêvait que d'une chose, pouvoir revoir sa mère. À ses parents adoptifs, elle servait le même mensonge qu'on lui avait appris à l'orphelinat. À chaque fois qu'on lui parlait de sa mère biologique, elle se refermait comme une huître. À l'âge de 9 ans, ce secret devint intenable, elle finit par avouer que sa mère était toujours de ce monde.

Cette révélation fit l'effet d'une bombe chez les parents adoptifs des deux fillettes, mais ceux-ci décidèrent toutefois de croire leur fille et de mener une enquête. De son côté, Julie était devenue une adolescente rebelle. Elle fit une fugue et tenta même de se suicider.

DÉCOUVERTE DE LA VÉRITÉ

Dans sa volonté de rétablir la vérité sur les origines de Julie et de sa sœur, la famille adoptive finit par mettre en exergue le fait que, contrairement à ce qu'ils croyaient les enfants n'étaient pas orphelins.

L'association, essayant de tirer la couverture de son côté fit croire à Julie que sa mère l'avait abandonné, après avoir s'être fait passer pour leur tante. Au début, la jeune fille avait prêté foi à ses allégations, mais la lettre qu'elle avait reçu de sa mère en réponse à celle qu'elle lui avait envoyé un an auparavant.

Dans cette lettre, la mère de Julie prétendait qu'elle battait ses filles. Des prétentions qui ne trouvaient aucun écho chez Julie. En Éthiopie, la mère avait fait tout ce qui lui était possible pour retrouver ses filles. Ce qui finit par arriver. En 2017, Julie et sa sœur purent voir le visage de leur mère pour la première fois depuis des années.

Ayant porté plainte contre l'association ERM, Julie, qui a sorti un livre intitulé "Sara et Tsega", espère désormais découvrir ce qui s'est réellement passé, pour que du jour au lendemain, on lui impose la terrible condition d'orpheline afin qu'elle soit adoptable.

Julie n'est pas la seule dans ce cas. Au cours de ses recherches, elle a rencontré d'autres enfants ont été adoptés alors que leurs parents sont encore vivants. De son côté, ERM nie toute activité illégale. Quid de la justice de trancher sur ce cas.

D'HEUREUSES RETROUVAILLES

Si Julie Foulon n'est pas au bout de ses peines, ce n'est pas le cas de cette Chinoise qui a retrouvé sa fille perdue le jour des noces de son fils. La mariée n'était autre que sa fille biologique, qu'elle cherchait depuis plusieurs années.

Abonnez-vous à AmoMama pour découvrir d'autres histoires passionnantes.

Les postes connexes
Un fils met son père à la porte car il refuse de payer un loyer : histoire du jour
Getty Images
Histoires Aug 01, 2021
Un fils met son père à la porte car il refuse de payer un loyer : histoire du jour
Une mère donne une leçon à sa fille qui a ruiné la vie d’une famille : histoire du jour
Shutterstock
Conseils Jul 22, 2021
Une mère donne une leçon à sa fille qui a ruiné la vie d’une famille : histoire du jour
Corse : mère de deux enfants a perdu sa vie, son ex condamné à la réclusion à perpétuité
facebook.com/julie.douib.9
People Jun 18, 2021
Corse : mère de deux enfants a perdu sa vie, son ex condamné à la réclusion à perpétuité
Pendant le mariage, une femme se rend compte que sa belle-fille est sa fille biologique
shutterstock
Anecdotes Apr 09, 2021
Pendant le mariage, une femme se rend compte que sa belle-fille est sa fille biologique