logo
La source:

"Honteux, indécent et dégueulasse": La mère de Marie Trintignant fustige impitoyablement Bertrand Cantat

Iana Legland
13 mars 2018
13:11
Partager
FacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInLinkedInEmailEmail

La sortie de son dernier album en décembre 2017 avait déjà créé une controverse, mais son retour sur scène a indigné la mère dont la fille est décédée sous ses coups mortels il y a 15 ans.

Annonces

Closer nous parle de Nadine Tritignant, la mère de Marie Tritignant tuée par son compagnon Bertrand Cantat en 2003.

Le cœur et l’esprit de cette mère et grand-mère n’ont pas pu supporter l’annonce de son retour sur scène. Nadine Trintignant était l’invitée de l'émission Stupéfiant ! ce lundi 12 mars sur France 2.

L’animatrice de l’émission a interrogé la réalisatrice sur le retour sur scène en solo de Bertrand Cantant, ancien compagnon de sa fille Marie disparue à l’âge de 41 ans sous les coups mortels de ce dernier.

Nadine Trintignant s'est exprimée dans l'émission Stupéfiant ! sur le retour sur scène en solo de l'ancien leader du groupe Noir Désir, l'auteur de coups mortels portés à sa fille Marie en 2003.

Annonces
Annonces

Cette grand-mère de 5 enfants (dont les 4 fils de Marie Tritignant) est revenue longuement sur la polémique autour des concerts du chanteur. "Je trouve honteux, indécent, dégueulasse qu'il aille sur scène. Comment ose-t-il ?", s’est indignée la réalisatrice.

Dans cette interview avec Léa Salamé, la mère de Marie Trintignant a également révélé que selon ses recherches dans toute l’histoire de la musique un tueur ne s'était déjà produit sur scène.

Annonces
Annonces

Elle estime que Bertrand Cantat peut seulement "écrire pour des chanteurs, qui eux n'ont pas tué".

Quant aux fans de l’ancien membre de Noir Desir qui vont à ses concerts, Nadine Tritignant se dit ne pas être en mesure de "les juger." Elle se pose tout de même des questions :

Annonces

"Je me demande ce que les gens, qui y vont, pensent du sang, des coups et des larmes. Qu'est-ce qu'ils en font ? Je peux m'en étonner..."

Nadine Trintignant a par ailleurs salué l’initiative de certains maires de "refuser qu'un meurtrier vienne dans leur ville." A titre d’exemple, après une lettre de "désapprobation" du maire PS de Saint Nazaire, le tueur de sa fille a été ainsi supprimé de l’affiche du prochain Festival Les Escales, qui se deroulera fin juillet dans cette ville de la Loire-Atlantique.

Annonces
info
Veuillez nous indiquer votre adresse e-mail afin que nous puissions partager avec vous les meilleures de nos histoires !
En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité