Plusieurs femmes ont acheté une crème en faisant confiance à Brigitte Macron. Mais elles ont été victimes d'une arnaque

Brigitte Macron est ENCORE au cœur d’une arnaque extrê­me­ment vexante.

Voici nous parle de plusieurs victimes qui ont témoigné après avoir récemment acheté des produits de beauté qui étaient censés être conseillés par Brigitte Macron elle-même!

Cette fois-ci, ce n'est pas à cause de la longueur de ses jupes que Brigitte Macron se retrouve au coeur d'une polémique. 

Certains marques de cosmétiques n'ont pas hésité à se servir de son nom pour vendre certains de leurs produits. La Première Dame a appris la nouvelle alors qu'elle rentrait tranquillement de son voyage aux États-Unis.

Elle a reçu un courrier lui apprenant qu'une entreprise s'était servie de son image sans son accord afin de vendre des crèmes antirides à des dizaines de Français, "une redoutable arnaque" comme l'a révélé Le Parisien ce mercredi.

Alors quand elle a reçu plus de vingt lettres de victimes par voie postale, elle a compris que quelque chose n'allait pas. 

"C’est arrivé comme ça. Cela disait que Mme Macron était asso­ciée à l’en­tre­prise et que Mme Obama et Bruni sont de bonnes clientes, je me suis dit que c’était sérieux," a déclaré l'une des victimes.

Et en effet, les arnaqueurs ont fait de leur mieux pour faire penser à leurs victimes qu'il s'agissait d'une offre très sérieuse pour une "solution antirides qui pourrait changer l’in­dus­trie des soins pour la peau pour toujours."

Mais l'escroquerie se produisait quand leurs "clients" finissaient par commander des échantillons gratuits en échange de quelques frais de ports. En effet, les victimes payaient en fait un abonnement pour un produit de 88 euros.

Brigitte Macron dont le visage a été retouché pour pousser les victimes à acheter ce produit "miracle" a apparemment "mandaté son avocat pour qu’il se saisisse du dossier".

"Je ne les ai même pas ouverts. Je me suis dit que c’était forcé­ment de la poudre de perlim­pin­pin ! Ils m’ont donné une adresse pour réex­pé­dier le colis, à Chypre, dans la ville de Larnaca, un nom très bien choisi", a déclaré l'une des victimes. Il semblerait que cette mésaventure ne lui ait pas fait perdre le sens de l'humour!