Attaque au couteau à Paris : Qui est Ronan, la jeune victime tué le soir de cette horrible nuit ?

L'attentat perpétré ce samedi 12 mais dans le quartier de l’Opéra à Paris, a fait un mort, un jeune homme de 29 ans, et plusieurs blessés.

FemmeActuelle nous partage le reportage des journalistes du Parisien qui ont rencontre les voisins de la victime.

Ronan Gosnet, un jeune entrepreneur de 29 ans s’est retrouvé au mauvais endroit, au mauvais moment ce samedi 12 mai. Originaire du Mans (Sarthe), il vivait dans un petit appartement parisien, situé dans le quartier des Gobelins.

C’est ici que les journalistes du Parisien se sont rendus après la mort tragique du Ronan, mortellement poignardé en plein Paris.

Tous les voisins de Ronan Gosnet sont bien évidemment encore sous le choc. Ils décrivent l'incroyable générosité du jeune homme aux "cheveux bruns et petites lunettes", sa discrétion, sa gentillesse et son grand coeur.

"Ronan ? Ce n’était pas un simple voisin de palier, c’était un copain", confie son voisin de palier Pierre, âgé de 61 ans. Ensemble ils se sont occupés d’un autre voisin qui vivait sans famille et était gravement malade.

"C’était quelqu’un de très seul, alors Ronan buvait des pots avec lui. Un garçon d’une grande générosité à qui l’on accorde sa confiance facilement. On a créé un lien fort, il faut dire qu’il avait le sourire facile", explique Pierre.

Quand Michel, atteint d'un cancer du poumon, a dû être hospitalisé, Pierre et Ronan lui rendaient des visites à l’hôpital. A son décès, après des tentatives infructueuses de joindre la famille du défunt, les deux hommes ont organisé ses obsèques.

"On s’est beaucoup épaulé, on s’est soutenu dans notre peine, confie-t-il. Ronan donnait beaucoup de son temps et de son énergie."

Selon FranceInfo, dans le hall de l'immeuble où vivait Ronan Gosnet, une petite note signée d'un voisin a été affichée : "Nous venons d'apprendre que la victime (...) n'est autre que notre voisin Ronan Gosnet, habitant au 5e étage. Nous ne pouvons nous empêcher d'être saisis d'une grande tristesse." 

Depuis la disparition brutale et tragique de Ronan, des fleurs ont été déposées sur les lieux de l'attaque. Une minute de silence sera observée, demain, mercredi 16 mai, à 10 heures, devant la station de métro "Quatre septembre".