22 mai 2018

Une femme ivre laisse sa voiture dans le parking du bar. Le lendemain, elle trouve cela sur son pare-brise

Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Annonces

Lorsque Paula Schultz et son mari ont décidé qu'ils avaient bu un trop grand nombre de verres au restaurant Original Joe's, en Alberta, au Canada, ils ont pris la sage décision d'appeler un Uber.

AmoMama vous fait part de cette histoire rapportée par Ayoye.

Mais quand Schultz est revenu pour récupérer la voiture au parking, il y avait quelque chose sur le pare-brise. Une amende ? Une mauvaise note ?

Non ! C'était une lettre la félicitant d'avoir fait la bonne chose (à savoir ne pas boire et conduire) et un bon pour les ailes de poulet chez Original Joe's !

Annonces

Annonces

Schultz a rapporté à Today que le bon était "la dernière chose à laquelle je m'attendais".

"La voiture était là pendant presque 48 heures, littéralement juste en face de l'entrée", a-t-elle expliqué. "Quand je suis revenue, il y avait environs 10cm de neige ... C'était une marche totale de honte."

Mais la honte n'était pas à l'ordre du jour - du moins pour le partenaire de gestion Jay McLean, qui a laissé la note. Schultz a trouvé plus tard qu'il a fait cela pendant environ un an et demi.

"Je pensais simplement exploiter un restaurant dans une zone rurale comme Sherwood Park où le transport en commun est minime et où beaucoup de gens conduisent, je pensais juste que c'était la combinaison parfaite", a déclaré McLean à CTV News.

Annonces

Schultz a partagé la note dans l'espoir que d'autres entreprises, en particulier les débits de boissons, pourraient mettre en place des programmes similaires - et que les lecteurs se sentiraient encouragés à jouer la sécurité plutôt que le pardon.

"Vous n'avez pas besoin d'être ivre pour être affaibli", a-t-elle précisé. "Je n'étais pas l'une de ses femmes totalement bourrée, mais je n'avais absolument pas l'intention de conduire."

Et bien qu'elle soit excitée pour les ailes gratuites (évidemment), elle est plus touchée par le geste réfléchi. "De nos jours, le monde est toujours à promos de 'moi, moi, moi'.", a-t-elle dit. "Il l'a fait parce qu'il voulait faire la bonne chose, et voulait reconnaître que j'avais fait ce qu'il fallait". 

Annonces