"Le gendarme avait les larmes aux yeux": Mort terrifiante de Tom, 9 ans, dans l'Aisne

Un garçon a été violé et tué après avoir été martyrisé, son corps a été retrouvé dans un village de l'Aisne ce lundi. Les policiers ont mis un homme, Jonathan M., en garde à vue. Il s'agit d'un marginal intriguant.

AmoMama vous fait part de cette histoire rapportée par Le Parisien.

Ce crime fait froid dans le dos, le village de Hérie la Viéville est sous le choc, c'est là bas, sur cette terre d'agriculture remplie de champs, qu'un garçon du nom de Tom, âgé de 9 ans, a été victime d'un martyre.

Son corps sans vie a été retrouvé dénudé, présentant des blessures horribles et des trades de viols, parmis le tout se trouve un hématome très important au niveau de la tête.

Les parents de Tom étaient inquiets de ne pas le voir revenir et ont signalé sa disparition, les policiesr pensent cependant qu'ils tiennent son meurtrier, il s'agit de jonathan M., âgé de 27 ans. Il s'agit d'un marginal du village déjà connu pour des délits mineurs.

Cet homme a été placé en garde à vue, mais une source proche de l'affaire affirme que l'homme a nié les faits.

Le drame a pris place lundi, en soirée, Tom s'amusait dans un champ près de chez lui avec Alexandre, son ami de 13 ans.

"Tom et Alexandre c'était les meilleurs amis. Ils jouaient tout le temps ensemble au foot dès qu'ils avaient du temps libre", ont rapporté des voisins. 

D'après eux, Tom était présent avec l'un de ses grands frères le soir des faits avant d'aller chercher Alexandre afin de cueillir des cerises dans le jardin d'une maison abandonnée.

Jonathan les a rejoint, et l'orage est tombé. Le grand frère de la victime est donc le premier à être parti avant que ce ne soit au tour d'Alexandre, Tom lui disant qu'il le rejoindrait. Mais il n'est jamais revenu.

"L'alerte a été donnée vers 20h30. On est nombreux à avoir participé aux recherches. Jonathan aussi, y compris dans le jardin où on a retrouvé le corps de l'enfant. On lui a demandé s'il n'avait pas vu Tom. Il a dit : 'Il est tombé du mur, je l'a iramassé et ensuite il est parti.' Il était serein, comme si de rien n'était. On n'aurait jamais pu le soupçonner." a rapporté un voisin.