Meghan Markle brise le protocole royal en parlant d'avortement

Meghan Markle est entraînée dans le débat sur l'avortement en Irlande.

Une politicienne irlandaise a entraîné Meghan Markle dans le débat sur l'avortement en Irlande, en conflit avec une tradition vieille de plusieurs siècles selon laquelle les membres de la famille royale ne donnent pas leur avis sur des sujets politiques.

Après que la duchesse du Sussex ait assisté à une garden-party mardi soir à la résidence de l'ambassadeur britannique à Dublin, la sénatrice irlandaise Catherine Noone a tweeté qu'elle avait "discuté" avec elle du référendum de mai sur l'interdiction de l'avortement en Irlande. "Elle a regardé avec intérêt et était heureuse de voir le résultat", a écrit Noone.

Noone a ensuite semblé faire marche arrière avec un autre tweet, disant: "Je devrais dire qu'elle semblait heureuse - elle était intéressée et très mesurée, pas du tout politique." Les deux tweets ont été supprimés plus tard, rapporte le Irish Times. Indépendant, ses mots avaient été "involontairement trompeurs".

Mais Una Mullally, une écrivaine qui était également à la fête, a partagé des commentaires similaires à propos d'une conversation qu'elle avait apparemment eue avec Markle, qu'elle n'a pas supprimé:

"C'était super de discuter avec Meghan Markle, la Duchesse du Sussex, sur l'abrogation et l'importance de son activisme féministe. Il est tellement important que des gens de sa position défendent les droits des femmes."

La famille royale a maintenu la neutralité politique depuis le 17ème siècle, quand le roi Charles Ier a perdu la tête pendant la guerre civile anglaise. Il n'y a pas de loi contre les opinions royales, mais puisque le rôle constitutionnel de la reine est de représenter le pays tout entier, la famille royale s'abstient généralement de prendre parti dans les questions politiques pour éviter de lui rendre la vie difficile.

Le principe a été dans les nouvelles à quelques reprises récemment. Dans la perspective du vote du Royaume-Uni pour quitter l'Union européenne en 2016, lorsque le tabloïd britannique The Sun a publié un article en première page avec le titre "La reine soutient le Brexit". Buckingham Palace a rejeté les affirmations: "La reine reste politiquement neutre comme elle l'a fait depuis 63 ans ... Le référendum est une affaire à décider par le peuple britannique. "

Markle, cependant, est une militante chevronnée qui, avant son mariage avec le prince Harry, avait critiqué le président Donald Trump comme étant "misogyne" et avait posté une photo d'un manifestant du Brexit.

Robert Lacey, expert royal et biographe de la reine, a déclaré au Guardian avant le mariage royal que le protocole de neutralité de la monarchie pouvait présenter un "problème existentiel" pour Markle.

Ni Buckingham ni Kensington Palace n'ont commenté les revendications de Noone ou Mullally.

Les postes connexes
Célébrités Mar 06, 2019
Meghan Markle et Kate Middleton font une apparition publique ensemble pour la première fois depuis Noël
Dec 11, 2018
La reine a qualifié le protocole royal des règles de "déchets" affirme Michelle Obama
Jan 12, 2019
Le frère de Meghan Markle invite la duchesse à son mariage au milieu d'un drame familial
Dec 18, 2018
La mère de Meghan Markle aperçue au soleil de Californie au milieu des rumeurs sur son Noël avec la reine