Ce fabricant de bombes qui en a fabriqué 23 ainsi qu'un "tableau de la haine" mettant en vedette la famille royale et Obama emprisonné

Un fabricant de bombes d'"extrême droite" a été condamné après que la police eut trouvé 23 bombes, une planche et d'autres objets au cours d'une perquisition à son domicile à Bristol.

Matthew Glynn, 37 ans, a été découvert grâce à un collègue, qui l'avait dénoncé à la police après avoir vu certaines des armes et le " tableau de la haine " dans sa maison.

Lorsque la police est arrivée chez lui, Matthew a accepté qu’on fouille sa maison, mais a demandé s'il pouvait nettoyer en premier. Matthew a dit qu'il avait de nombreuses épées et a demandé si cela pouvait être considéré comme un incident terroriste.

Au cours de la perquisition, la police a trouvé une cachette d'armes diverses et de matériel de fabrication de bombes, une cachette contenant des centaines de couteaux et des haches.

Il s'agissait notamment d'un couteau de style carcajou à quatre lames tranchantes, de fusibles, de bidons de gaz, de roulements à billes, ainsi que des livres sur les explosifs.

Les produits chimiques trouvés comprenaient plus de 6 kg de poudre explosive de fabrication artisanale, une grenade à balle de tennis, plusieurs autres appareils faits maison, dont un était sous son lit.

Le "tableau de la haine" de Matthew était un genre de jeu de fléchettes, avec une collection de visages de célébrités, dont Barack Obama, Justin Bieber, la duchesse de Cambridge, Cheryl Cole, un garçon somalien et un homme blanc âgé.

Les appareils trouvés par la police ont été décrits comme "potentiellement mortels" et "efficaces".

Quand la police a vérifié son historique sur les médias sociaux, elle a découvert des propos haineux anti-islamique et raciale sur ses pages Facebook.

Il s'agissait notamment d'appels à la peine de mort à l'encontre des terroristes ainsi que de l'interdiction des voyages scolaires dans les mosquées.

Après son arrestation, Matthew a dit à la police qu'il ne croyait plus aux opinions qu'il avait exprimée sur Facebook, comme l'inspecteur détective Dave Lewis l'a dit à la cour:

"Interrogé sur[ses opinions d'extrême droite], il a dit qu'une femme avait corrigé sa pensée. On n'a jamais identifié cette femme, on ne lui a jamais parlé."

L'explication qu'il a donnée pour les bombes était qu'il avait l'intention de les faire exploser dans un endroit dégagé pour voir de quoi elles étaient capables.

Plus tard, Matthew a plaidé coupable à cinq chefs d'accusation pour fabrication de substances explosives entre le 1er janvier 2016 et le 24 juillet 2018.

Le juge Peter Blair, c.r., a déclaré au cours de la détermination de la peine qu'il était peu probable que Matthew s'en prenne au public et que l'intention lui manquait alors il a été condamné à 5 ans de prison.

Le juge a ajouté que Matthieu était quelqu'un qui avait un "esprit confus" plutôt que quelqu'un qui avait un objectif clair.

Il peut sembler étrange que quelqu'un qui ait des antécédents avérés de soutien aux factions anti-islamiques et à d'autres mouvements d'extrême droite, avec tous les produits chimiques et les armes qu'on trouve chez lui, ne purge que cinq ans, sans mentionner l'acte terroriste.

Mais selon le service des poursuites et le bureau du procureur général, avec l'inspecteur détective Dave Lewis à la tête de l'enquête:

"Comme pour toutes les enquêtes, nous nous penchons sur ce qui motive les gens. Dans le cas de Matthew Glynn, nous nous sommes penchés sur les facteurs qui pourraient le motiver. On n'a rien trouvé d'autre dans ses médias sociaux qui suggéraient qu'il avait continué à exprimer des opinions d'extrême droite."

Après de longues entrevues et l'examen minutieux de ses comptes rendus sur les médias sociaux, la police a déclaré qu'elle était convaincue que Matthew n'était pas une menace et qu'elle n'accordait plus aucune valeur à ces opinions.

UNE ERREUR D'INADVERTANCE

Matthew s'en est tiré sans être qualifié de terroriste, mais par inadvertance, John Stevenson, 70 ans, s'en est accidentellement fait une marque.

John et son épouse, Marion, 71 ans, ont planifié un voyage aux États-Unis pour les vacances et pour passer le Nouvel An à New York. Le couple a planifié leur voyage avec enthousiasme et John a organisé les visas en ligne.

Par erreur, John a coché une mauvaise case sur son formulaire de demande de visa et s'est vu refuser, tandis que le visa de sa femme a été approuvé.

Source: AR Togather

Source: AR Togather

La case que John a cochée accidentellement était pour une question qui demandait s'il avait déjà été impliqué dans des activités terroristes. Après des efforts fastidieux, le visa de John a finalement été approuvé, une fois de plus "décoché" en tant que terroriste.

Les postes connexes
Parentalité Mar 15, 2019
Une mère a abandonné 5 enfants dans une maison "remplie d'excréments" pendant qu'elle prenait des selfies à la plage
Feb 07, 2019
Son ex-mari a tué leurs deux enfants et 18 ans plus tard la justice a reconnu avoir fait une erreur
Jan 24, 2019
Une femme emprisonnée pour avoir volé près de 200 000 € à une grande tante âgée pour financer ses voyages de luxe
Jan 16, 2019
Dure sentence pour la mère qui a tué son fils de 8 ans car elle pensait qu'il était gay