Tatiana-Laurens Delarue fait des confidences touchantes sur son passé de SDF: 'C'est choquant'

Tatiana-Laurence Delarue n'a pas pu rester indifférente en entendant les autres chroniqueurs de "C'est que de la télé" dénigrer les SDF.

C'est ce jeudi 10 janvier que l'incident s'est produit. Les chroniqueurs de l'émission parlaient des McDonald's à Hong Kong qui ont ouvert leurs portes aux sans-abris. Devant les propos choquants de Damien Canivez et Caroline Ithurbide, Tatiana-Laurence Delarue s'est sentie obligée de réagir.

En effet, la chroniqueuse courageuse a révélé qu'elle avait déjà vécu dans la rue et que ce sujet lui tenait donc à coeur. Elle n'a pas supporté d'entendre Damien Canivez suggérer que la chaîne de restauration devrait laisser les gens dormir dehors dans le froid pour forcer le gouvernement à réagir aux prix exorbitants des loyers, quitte à ce que certaines personnes meurent.

"Je me mets aussi à la place des clients de cette chaîne de restauration rapide. Ils vont payer une prestation et finalement, ils vont devoir être à côté de personnes littéralement affalées sur des tables, sur des banquettes," a-t-il déclaré avant d'ajouter qu'il vaudrait mieu que McDonald's "xpulse ces personnes qui dorment dans leurs restaurants".

Valérie Bénaïm, la présentatrice de "C'est que de la télé" visiblement choquée lui a demandé: "Vous croyez qu'en laissant mourir des gens dans la rue, ça va créer des logements ?" 

Mais Damien Canivez a déclaré que cela permettrait au moins d'attirer l'attention des membres du gouvernement. Des propos intolérables pour Tatiana Laurence-Delarue qui, elle, a vécu dans la rue.

La chroniqueuse sait donc exactement de quoi elle parle au contraire de ses collègues quand elle s'exprime sur ce sujet délicat: "J'ai été sans domicile fixe au début de ma vie d'adulte et c'est choquant. Aujourd’hui, je suis avec vous sur le plateau de C’est que de la télé. Quand j'étais dehors, jamais de la vie j'aurais pensé être sur un plateau avec vous et atteindre ce niveau-là."

Elle finit en parlant directement à son collègue et ami: "Sans les personnes qui vous tendent la main, vous restez dehors. Et tu sais ce que c’est, dehors ? Le froid, la pluie, la faim ? Je ne te le souhaite pas, mon chéri. Je t’adore, mais là franchement, je suis outrée."

On ne peut qu'admirer le courage qu'elle a de parler ainsi de son passé difficile et de défendre ses idéaux! Chapeau bas!