Est-il légal de ne pas venir travailler à cause de la neige ou de la glace ?

La neige bat son plein dernièrement et ce n’est pas prêt de se finir. Notons qu’à cause d’elle, 25 départements étaient en vigilance orange.

Ce qui est véritablement délicat, c’est l’impact de cette tombée de neige sur la vie professionnelle.

À partir de ce 22 janvier, nombreux sont les salariés qui ne pourront pas aller au travail à cause de la neige. Ce qui suscite quelques questions concernant le côté légal de l’alibi.

D’après l’administration française :

"L'absence ou le retard du salarié en cas d'intempéries (tempêtes, fortes chutes de neige...) n'est pas une faute s'il lui est impossible de se rendre au travail".

Ainsi, si ces conditions sont réunies, il n’y aura aucune sanction en cas d’absence.

Concernant la justification,

"En cas d'absence ou de retard, le salarié doit informer son employeur, c'est une obligation"

explique Eric Rocheblave, spécialiste du droit de travail

et ajoute : 

"Une absence injustifiée expose à des sanctions disciplinaires".

Un spécialiste du monde du travail, Philippe Duport explique :

"apporter la preuve de la force majeure et ne pas se contenter d'un SMS ou d'un mail pour dire qu'on ne viendra pas".

Source : Pxhere

Source : Pxhere

"un selfie avec sa voiture bloquée par des congères, des coupures de presse, dans le cas où le phénomène météo est hyper localisé"

avoue Eric Rocheblave.

Si l’employeur doute de la légitimité de la preuve, ces preuves seront obligatoirement ajoutées au dossier.

Source : Maxpixel

Source : Maxpixel

LA CONSÉQUENCE SUR LE SALAIRE

Philippe Duport explique :

"Journée pas travaillée, journée pas payée !".

La seule prérogative étant si la convention collective le prévoit. Ainsi, globalement, ces journées non travaillées seront retenues sur le salaire ainsi que sur les éventuelles primes.

L’employeur peut tout de même proposer des alternatives comme la récupération des heures d’absence, des RTT ou le télétravail.

Source : Pxhere

Source : Pxhere

Sinon, il est possible de faire appel au droit de retrait comme le stipule l’article 4131-1 du Code du travail en cas de danger grave et imminent lors d'un déplacement professionnel.

"S'il estime qu'il est dangereux de prendre l'autoroute verglacée, le salarié peut exercer son droit de retrait, il peut également refuser un déplacement professionnel".

Toujours d’après Eric Rocheblave.

Rappelons qu’une grosse neige est à prévoir avec une épaisseur d’environ 5 à 10 cm pour les prochains jours.