À propos AM

15 février 2019

L'avocat de Christophe Dettinger fait ses premiers commentaires après le procès: 'Il n'est pas un casseur'

Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail
Chargement...

Annonces

Le procès de Christophe Dettinger a débuté à Paris et son avocat tiens à rappeler que ce n'est pas un homme mauvais.

Cet ancien boxeur est jugé pour avoir agressé deux gendarmes durant le l'acte VIII des Gilets jaunes, le 5 janvier dernier. Il est donc jugé pour "violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique".

Christophe Dettinger fait ainsi face à plus de sept ans derrière les barreaux et pas moins de 100 000 euros d'amende. L'homme est devenu un véritable symbole auprès des Gilets Jaunes et son procès est donc bien différent de celui des 180 autres personnes qui ont été condamnées depuis que le mouvement populaire a commencé.

Chargement...
Chargement...

Annonces

Chargement...

Annonces

Son avocat, Hugues Vigier, a accepté de parler de ce dossier sensible et a révélé que son client faisait de son mieux pour prouver qu'il n'est pas un homme violent.

"Le personnel pénitentiaire dit à quel point il s’agit d’un homme pacifique au-delà de ce qu’il a pu faire ce jour-là"

Selon les dires de l'homme de loi, son client a simplement dérapé ce jour là, et il insiste pour que tout le monde sache que Christophe Dettinger n'est pas un casseur. Il refuse que son client serve d'exemple à tous les manifestants qui ne veulent pas respecter la loi.

Chargement...

Annonces

 "Depuis 2014, le législateur insiste sur le fait que la peine doit être individualisée, c’est tout l’inverse de l’exemple, qui est une vision abstraite de la peine. En individualisant, il faut tenir compte des actes et de la personnalité de l’auteur". 

Jean-Michel Fauvergue, député LaREM a pour sa part peur de voir ce procès ce transformer en bataille "symbolique" et voir l'ancien boxeur être condamné ou acquitté de manière injuste à cause de la pression sociale.

Chargement...

Annonces

"Chaque procès est individualisé et doit prendre en compte la personnalité de l’auteur des faits, mais aussi de celles des victimes. Même s’il s’agit d’un 'dérapage' ces faits sont extrêmement graves"

UNE CONDAMNATION À 30 MOIS DE PRISON ET DES REGRETS

Lors de son procès, Christophe Dettinger a déclaré à quel point il avait honte de son acte violent. Il a été condamné à  30 mois de prison dont 18 mois de sursis avec mise à l'épreuve.

Chargement...

Annonces

Avec beaucoup d'émotion, il a déclaré vouloir simplement rentrer auprès des siens, et a insisté pour dire à plusieurs reprises qu'il n'était pas un homme violent qui aimait frapper les policiers mais qu'il voulait simplement défendre une femme âgée qui avait été blessée.

Chargement...
Chargement...

Annonces