Dévastée, la mère d'un garçon de 10 ans, qui s'est suicidé après avoir été victime de harcèlement à l'école, s'exprime

En janvier dernier, un garçon de 10 ans s’est donné la mort chez lui, à Houston, au Texas. Dévastée, sa mère dénonce aujourd’hui le harcèlement dont il était victime à l’école.

Kevin Reese Jr. n'avait que dix ans quand il s’est suicidé en janvier dernier. Il n'arrivait plus à supporter d'être harcelé.

Décrit comme un enfant toujours souriant, malicieux, qui faisait le bonheur de ses proches, le garçonnet était pourtant devenu une cible à son école.

"Ils écrivaient sur son bureau qu’il devait se tuer, qu’il n’avait pas sa place ici. Lorsque c’est devenu violent, en novembre, il est rentré à la maison en pleurant parce qu’il n’avait pas rendu les coups et l’un des garçons l’a frappé plusieurs fois"

raconte dans une interview à ABC 13 sa mère Crystal Smith, qui pensait "qu’il gérait la situation."

"Je n’aurais jamais imaginé qu’il aille si loin. Je n’arrive toujours pas à y croire et cela me prend du temps d’accepter le fait que c’est arrivé"

poursuit-elle.

La mère de Kevin assure avoir mis l’équipe scolaire au courant de la situation,  mais on lui a répondu qu’ils n’avaient pas "la preuve de violences physiques".

"Ils m’ont dit qu’ils n’avaient jamais rien trouvé sur un possible harcèlement"

regrette-t-elle aujourd'hui.

[Un garçon texan de 10 ans se suicide après le harcèlement, déclare sa mère. Twitter/Eyewitness News]

Il y a même une preuve que le petit Kevin avait lui-même essayé d’alerter la direction de l’école en dénonçant les coups qu’il a reçus par ses camarades.

ABC s’est procuré d’un message vocal à ce sujet laissé par un employé de l’établissement. Cet employé expliquait que l’enfant accusé par Kevin avait nié les faits. Mais l’histoire s’est arrêtée là, car selon le porte-parole du district, la personne avait été réaffectée dans un autre établissement.

Elève triste, victime d'intimidation de la part de ses camarades. Photo : Freepik

Elève triste, victime d'intimidation de la part de ses camarades. Photo : Freepik

Crystal Smith qui "n’arrive toujours pas à y croire" cherche aujourd’hui à comprendre :

"Je veux juste trouver les réponses, comprendre ce qui s’est passé ce jour-là et ce qui lui a traversé l’esprit".

En acceptant de partager son histoire, cette mère de famille en deuil dit vouloir avertir les autres parents :

"Faites attention à votre enfant, n’imaginez pas qu’il arrive à gérer les choses, restez impliqué jusqu’à ce que quelque chose soit réglé"

Un garçon lève une main pour dire "non". Photo : Shutterstock

Un garçon lève une main pour dire "non". Photo : Shutterstock

L'HISTOIRE D'UN AUTRE PETIT GARÇON HARCELÉ À L'ÉCOLE

Malheureusement l'histoire tragique du petit Kevin est loin d'être le cas isolé. Le harcèlement scolaire est un fléau qui n'épargne aucun pays du monde.

Jack Wilkinson un petit garçon australien, n'avait que sept ans quand il a laissé une lettre à son professeur qui demandait à Dieu de l'emmener au paradis. Il n'arrivait plus à supporter d'être harcelé.

ⓘ AMOMAMA.FR ne soutient ni ne promeut aucune forme de violence, d'automutilation ou de comportement abusif. Nous sensibilisons les gens sur ces problèmes afin d'aider les victimes potentielles à obtenir des conseils professionnels et d'éviter que quiconque ne soit blessé. AMOMAMA.FR s'élève contre tout ce qui a été mentionné ci-dessus et préconise une discussion saine sur les cas de violence, d'abus, d'inconduite sexuelle, de cruauté envers les animaux, d'abus, etc. qui bénéficient aux victimes. Nous encourageons également chacun à signaler le plus tôt possible tout incident criminel dont il est témoin.