Hautes-Pyrénées : un homme prend en otage son ex-femme et les parents de celle-ci

Un homme âgé d'une cinquantaine d'années a pris en otage son ex-femme ainsi que ses ex-beaux-parents. L'ex-conjointe a été blessée par balle.

Environ 10 h 30 , le mardi 23 avril 2019, des coups de feu ont retenti dans un domicile situé rue Mozart à Lourdes (Hautes-Pyrénées).

À l'arrivée des forces de l'ordre, les riverains étaient priés de ne pas sortir de chez eux, la zone a été encerclée par des hommes du Raid.

"J’étais dans ma maison et j’ai entendu des coups de feu. J’ai d’abord pensé à une partie de chasse. J’ai ouvert mes volets et j’ai vu un homme armé en train de hurler, et j’entendais des cris et des pleurs",

a dit une riveraine au journal La Dépêche.

Lors que les policiers sont arrivés, l'homme armé a pris la femme sous ses bras pour l'emmener dans la maison. Un autre témoin a également raconté que de l'extérieur, on a pu entendre quelqu'un crier :

"Arrête, arrête, tu vas nous tuer ! "

Quand la police était arrivée, l'homme aurait encore tiré quatre fois. D'autres témoins ont également rapporté que le quinquagénaire armé s'est précipité sur le balcon en tenant son ex-conjointe, criant aux forces de l'ordre :

"Dégagez ou dans trois secondes je finis le travail ! "

Après une tractation entre la police et le preneur en otage, les parents de l'ex-femme ont été libérés vers 15 h 30. Mais environ 16 h 40 , un coup de feu a retenti.

L'individu armé a tiré sur son ex-conjointe, elle a été blesée à la hanche. Tout de suite, l'assaut a été donné aux membres du Raid. Le tireur présumé aurait retrouner l'arme contre lui mais les forces de l'ordre ont réussi à le maîtriser.

"À 15h30, les négociations n’aboutissant pas, le préfet donnait l’ordre au Raid d’intervenir. Deux des otages étaient mis en sécurité et le preneur d’otage maîtrisé après avoir rompu le contact avec les négociateurs du Raid. Au cours de l’intervention, le forcené blessait par balle son ex-compagne",

a annoncé la préfecture lors d'une conférence de presse en fin de journée.

UN DÉNIS DE RUPTURE

Le procureur de la République de Tarbes a indiqué que le présumé tireur est un ancien militaire, avec des antécédants judiciaires pour des faits de violence sur son ex-conjointe.

Il a déjà été condmané à trois reprises. L'homme n'a jamais accepté leur rupture. La justice lui aurait interdit de s'approcher de son ex-femme, et il en était à sa troisième tentative d'approche.

"On est dans le cadre d'une séparation, non acceptée par l'auteur des faits, pour lequel la justice a eu à trois reprises à se prononcer, avec des moyens mis en oeuvre à l'égard de l'ex-compagne, qui bénéficiait d'un téléphone "grave danger"",

a expliqué le procureur.

Le forcené a été placé en garde à vue et une enquête pour tentative d'homicide est en cours.

UNE SCÈNE DRAMATIQUE

Le lundi 22 avril 2019, une scène épouventable s'est produite à Ariège. Un homme a tiré sur son neveux et la femme de ce dernier.

Le couple n'a pas survécu, et le beau-frère du présumé tireur, présent lors drame, a été grièvement blessé au bras. Après la scène, le présumé tireur s'est donné la mort.