Que retenir de la conférence de presse d'Emmanuel Macron

Dans la soirée du lundi 15 avril, Emmanuel Macron devait tenir son allocution à la télévision pour clore le Grand Débat, mais à cause de l'incendie de Notre-Dame de Paris dans la même soirée, le programme a été annulé.

Pour enfin clore les débats et annoncer les solutions pour résoudre la crise des Gilets jaunes, le président de la République a tenu une conférence de presse à l'Élysée, le jeudi 25 avril 2019 devant les membres du gouvernement et des centaines de journalistes.

Le chef d'État a détaillé une liste d'annonces, touchant principalement à la fiscalité, aux pensions et quelques reformes institutionnelles.

CONCERNANT LA FISCALITÉ

Emmanuel Macron a rappelé que pour financer la baisse de l'impôt, il faut "travailler davantage". Rallonger le temps de travail permettrait de réduire significativement l'impôt sur le revenu, qui est estimé à 5 milliards d'euros.

"Il me semble que la meilleure orientation pour répondre aux besoins de justice fiscale n'est pas d'augmenter les impôts de tel ou tel, mais plutôt de baisser les impôts pour un maximum de nos concitoyens, en particulier pour celles et ceux qui travaillent",

a-t-il déclaré.

Le chef d'État veut également supprimer "certaines niches fiscales pour les entreprises". Il veut aussi procéder à la suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune ou ISF.  

Macron a notamment montré qu'il n'est pas pour la suppression de jour férié.

"Comparé à nos voisins, on a une fiscalité qui corrige les inégalités sociales",

a-t-il rappelé.

En ce qui concerne l'évasion fiscale, Macron s'engage à ce que la Cour des Comptes évalue précisément les sommes qui échappent à l'impôt pour mettre fin à l'injustice fiscale.

EN CE QUI CONCERNE LES PENSIONS

Selon le président de la République, les retraites les plus modestes sur l'inflation seraient indexées dès 2020. Notons cependant que la revalorisation des retraites est de 0,3 % face à une inflation de 1,8%.

Il a également annoncé que "la retraite minimale" serait fixée à 1 000 euros, qui est selon lui, significativement supérieure au minimum vieillesse promis (900 euros).

"Au 1er janvier prochain, je souhaite que nous réindexions les retraites de moins de 2.000 euros et qu'il n'y ait plus de sous-indexation de quelque retraite que ce soit à partir de l'année 2021."

"Je veux que la retraite minimale qu'on touche quand on a travaillé durant sa vie, ce soit 1.000 euros."

Macron a également exclu le report de l'âge légal minimal de départ à la retraite.

Les CAF (Caisse d'allocations familiales) auraient également des "prérogatives pour prélever les pensions alimentaires impayées, afin d'aider les familles monoparentales.

SUR LA RÉFORME INSTITUTIONNELLE

Emmanuel Macron prévoit un projet de réforme constitutionnelle qui serait soumis, dès l'été prochain, au Parlement.

Le référendum d'initiative citoyenne(RIC) serait remplacé par le Référendum à l'initiative du peuple (RIP), pour répondre aux besoins des meilleures représentations et participations des citoyens.

Le chef d'État veut, de ce fait, baisser à un million le nombre de signatures nécessaires pour saisir le Parlement afin de faciliter le recours au référendum.

Il prévoit également de réduire le nombre de parlementaires de 25 % à 30 %, tout en limitant le nombre de mandats. Les élections législatives seraient toutefois réduites à 20 %.

Macron prévoit aussi un nouvel acte de décentralisation d'ici 2020, portant sur le logement, le transport et la transition écologique. La mesure implique plus de fonctionnaires sur les territoires.

"Nous devons gérer très différemment les carrières de nos hauts fonctionnaires, avoir davantage de passerelles tout au long de la vie professionnelle, pour permettre, avec des règles de déontologie extrêmement strictes, à des gens qui viennent du privé, du monde associatif, d'intégrer la haute fonction publique à différents moments."

Durant la conférence de presse, le président de la République a annoncé la suppression de l'ENA, et la fin des grands corps de l'État.

MACRON A DU REGRET

Lors de la conférence de presse, le chef d'État a révélé qu'il regrette certaines décisions qu'il a prises. Emmanuel Macron reconnaît avoir agi durement et quelquefois injustement envers le peuple.

"Je pense que je peux mieux faire",

a-t-il déclaré face à 320 journalistes.

Les postes connexes
Macron Apr 23, 2019
Emmanuel Macron a fait part des nouvelles dispositions quant aux heures de travail des Français
Jan 14, 2019
Découvrez le contenu de la lettre d'Emmanuel Macron adressée aux Français
Actu France Apr 18, 2019
Les mesures "décevantes" d'Emmanuel Macron pour augmenter les petites pensions des retraités
Politique Apr 23, 2019
Daniel, un retraité désemparé, accuse Emmanuel Macron de les avoir menti