Hommage national à Alain Bertoncello : Compagnon et père dévastés ont rompu le silence

Le mardi 14 mai 2019, la France a rendu hommage à Alain Bertoncello et Cédric de Pierrepont, les deux soldats tués au Sahel (Burkina Faso).

Les deux soldats du commando Hubert ont été abattus dans la nuit de jeudi 9 à vendredi 10 mai 2019.

Ils ont perdu la vie lors d'une opération militaire pour libérer deux touristes français pris en otage par des djihadistes le 1er mai au Bénin.  

L'hommage national s'est déroulé dans la cour des Invalides, en présence du président de la République.

Le 13 mai 2019, le lendemain de la cérémonie, les journalistes de France 2 se sont entretenus avec les membres de la famille d'Alain Bertoncello qui ont accepté d'apporter leur témoignage.

Jean-Luc Bertoncello, père du jeune soldat mort en héros a dit avoir ressenti beaucoup d'émotion.

"Personnellement, j'ai trouvé que les paroles de notre président étaient fortes, justes",

a avoué le père de famille.

Lors de la cérémonie d'hommage, Emmanuel Macron a, en effet, tenu un discours très émouvant face aux familles des soldats morts en héros.

Même la première dame n'a pas réussi à retenir ses émotions à la fin de la cérémonie. Tous étaient émus, même les frères d'arme des défunts.

"C'était eux ou les otages, ils ont choisi. Est-ce que ça a du sens ? Donc on le cherche, ce sens. Si nous sommes libres, tranquilles, en sécurité, c'est parce que certains de nos enfants sont là-bas et font ce qu'il faut",

a expliqué le père d'Alain au micro de France 2.

À côté de son beau-père, Léa Latourte, compagne du défunt soldat, s'est également exprimée.

"Après toute cette cérémonie qui m'a beaucoup émue, je ressens un peu d'apaisement",

a dit la jeune femme qui est également militaire, avant d'ajouter :

"J'espérais au début que ça soit un accident, je l'espérais très fort, mais pas la mort. On ne peut pas être préparé à ça"

Rejoignant le commando Hubert en 2017, Alain Bertoncello était passionné par son travail.

"On n'en parlait pas, complète son père. Il arrivait et était rayonnant. Il repartait, il était heureux. J'imagine que ça représentait beaucoup",

a raconté la jeune femme.

La famille, qui fait face à une situation douloureuse, a évoqué l'épanouissement du jeune homme dans le métier.

AUTRE TÉMOIGNAGE DE LA PETITE AMIE

La petite amie d'Alain, également militaire, connaît les risques du métier, et se prépare à l'absence. Mais, elle confie en pleurs que la mort d'Alain est un grand choc, une mort soudaine et brutale.

Ce qui est sûr c'est qu'elle n'oubliera jamais ce qu'il a fait pour la France, elle est si fière d'être sa compagne.