Comment Florence, la compagne de Cédric de Pierrepont, a appris sa mort au Burkina Faso

L'armée française a perdu deux soldats vaillants dans la nuit du jeudi 9 mai à 10 mai 2019 dans un pays en Afrique de l'Ouest.

Pour rappel, le 1er mai 2019, deux touristes français ont été enlevés par des djihadistes au Bénin. Ils ont ensuite été ramenés au-delà de la frontière nord-ouest du pays, au Burkina Faso, plus précisément dans la région du Sahel.

Le corps du guide local des deux personnes prises en otage a été retrouvé avec le visage défiguré.

Des soldats de la Marine nationale française ont mené une intervention pour libérer les deux ressortissants français dans la nuit du jeudi 9 mai 2019. Ils ont libéré au total quatre otages, dont une Sud-Coréenne et une Américaine en plus des deux Français.

L'armée a sauvé des vies, cependant, lors de cette mission tragique, deux commandos ont été tués.

Alain Bertoncello 28 ans et Cédric de Pierrepont 33 ans, étaient du commando Hubert, et sont morts en héros lors de cette opération militaire. Un hommage national a été organisé en leur mémoire.

Les deux soldats ont laissé des familles et des proches bouleversés. Florence Charton, compagne de Cédric de Pierrepont, a accordé une interview au magazine Paris Match, paru le jeudi 16 mai 2019.

La jeune femme a raconté :

"Fin mars, j’ai vu mon homme pour la dernière fois. Il devait revenir quatre mois plus tard, et le voilà parti pour toujours."

La jeune femme en deuil a aussi raconté leur rencontre, à travers le témoignage sous forme d'une lettre.

"Nous avions commencé à parler trois ans plus tôt. Par messages sur Facebook. Une très bonne amie lui avait donné mon numéro. Déjà, il partait aussi pour quatre mois",

confie-t-elle, avant d'ajouter :

"Je ne l’avais jamais vu. Mais bizarrement, il m’a donné envie de l’attendre. Ça ne me faisait pas peur."

Florence a également confié qu'elle et son défunt compagnon évitaient de parler du travail du jeune homme. Elle voyait en Cédric quelqu'un qui n'avait peur de rien sauf de la perdre.

Deux jours avant la tragique opération militaire, les deux amoureux se sont entretenus par téléphone.

"Il était pressé, il m’a dit qu’ils devaient tous partir : "ma puce, j’ai pas le temps". Je n’en ai pas su davantage",

a expliqué la jeune femme.

Le vendredi 19 mai, Florence Charton a envoyé un message, sans réponse, à son bien-aimé. Quelques heures après, le ciel est tombé sur sa tête.

"Des hommes en blanc accompagnés de mon père sont venus à mon travail, dans le cabinet d’orthodontie. Ils venaient m’annoncer sa mort. Depuis, j’ai l’impression que c’est moi qui suis morte",

a-t-elle dit.

Florence a également reconnu que pour son compagnon, ce travail à risques était une passion.

TÉMOIGNAGES DE LA FAMILLE D'ALAIN BERTONCELLO

Le 13 mai 2019, le lendemain du deuil national dans la cour des Invalides, les journalistes de France 2 se sont entretenus avec les membres de la famille d'Alain Bertoncello qui ont accepté d'apporter leurs témoignages.

Le père et la compagne du soldat décédé se sont exprimés.