Un commandant des gendarmes s'est tué en utilisant son arme de service

Jeudi soir, le commandant des gendarmes de Lons-le-Saunier s'est donné la mort avec son arme de service.

Jeudi soir, le corps du patron des gendarmes de Lons-le-Saunier, une ville située dans le Jura, a été découvert à son domicile, comme nous l'a appris la direction générale de la gendarmerie nationale.

Le journal officiel de la gendarmerie : "L'essor", nous apprend que le commandant de la compagnie de Lons-le-Saunier s'est donné la mort avec son arme de service, alors qu'il se trouvait chez lui.

"Il avait été promu capitaine en 2014 et avait pris le commandement de la compagnie de Lons en mars dernier", nous apprend le journal.

Christophe Evrard était âgé de 46 ans. Il était marié et sans enfants. Les circonstances exactes de ce drame sont pour le moment toujours inconnues.

Christophe Evrard est le 6e gendarme français qui se donne la mort depuis le début de l'année, et est aussi le premier officier à le faire.

D'AUTRES POLICIERS SE DONNAIENT LA MORT QUELQUES SEMAINES PLUS TÔT

Un drame qui survient à peine quelques semaines après trois autres tragédies au sein de la police. Tout d'abord, dans un bois près d'Alès dimanche dernier, un policier s'est pendu, laissant sous le choc tous ses collègues.

Un policier vu de dos : Pixabay

Un policier vu de dos : Pixabay

Par la suite, un autre agent des forces de l'ordre, travaillant au centre de rétention administrative de Metz, a mis un terme à son existence dans la nuit de lundi à mardi avec son arme de service. L'homme était âgé de 42 ans et était père d'un enfant de 4 ans, lorsqu'il s'est donné la mort à son domicile avec son arme de service, selon Cyril Baudesson, secrétaire zonal du syndicat Alternative Police CFDT pour le Grand Est.

UN OFFICIER DE POLICE SE TUE EN SEINE-MARITIME

En outre, ce jeudi 7 mars 2019, un drame s'est produit à Saint-Saëns, dans le Pays de Bray, en Seine-Maritime quand un agent de police a jeté de l'acide sur sa conjointe avant de se donner la mort en se servant de son arme de service. Selon Paris Normandie, cette agression par son mari, la veille de la journée de la femme, aurait été perpétrée à cause de jalousie.

UNE AUTRE SE SUICIDE SUR MONTPELLIER

Une autre policière de 49 ans, mère de deux enfants, âgés de 6 et 11, a mis fin à ses jours avec son arme de service, un Sig Sauer, selon les premiers indices.

Ce sont des collègues de la victime qui aurait découvert son corps sans vie dans son bureau, au commissariat de Montpellier, vers 8h30 en ce jeudi 18 avril 2019. Selon les rapports de sources policières, la Capitaine de police de la sûreté départementale de l'Hérault était arrivée vers 8 heures au travail.