Vincent Lambert "mourra-t-il de faim et de soif" ? Un médecin donne une triste réponse

Victime d'un accident de la route en 2008, Vincent Lambert est plongé dans un état végétatif depuis dix ans.

L'homme de 42 ans est devenue tétraplégique, avec des lésions cérébrales irréversibles suite à l'accident. Il est resté en vie pendant tout ce temps grâce à une sonde assurant son alimentation et son hydratation.

Il est déjà sorti de coma, cependant, il n'est toujours pas conscient. Son cas est appelé "pauci-relationnel", qui est un état de conscience minimale.

Le 10 mai 2019, le médecin traitant de Vincent Lambert a annoncé l’interruption des traitements à la famille du patient.

Face à l'annonce de l'arrêt de traitement du quinquagénaire, ses parents se sont opposés au centre médical. On va couper l'alimentation et l'hydratation qui permettent à leur fils de vivre.

"Mais il est vrai que, symboliquement, l’idée de couper l’alimentation et l’apport en eau peut être choquante.

Aussi les médecins ont-ils le devoir, dans le cadre de la disposition de la loi appelée la sédation profonde et continue, d’ajouter des doses d’antidouleur ou de morphine qui endorment le patient, et accélèrent aussi son décès, sans douleur",

a expliqué un spécialiste de soins palliatifs auprès du Parisien.

Les parents du patient insistent sur le fait qu'on va laisser leur fils mourir de faim et de soif.

"Lorsque l’on arrête l’alimentation et l’hydratation, on ne meurt pas tout de suite, cela prend plusieurs jours",

a ajouté le spécialiste.

La date pour débrancher Vincent Lambert s'approche, et sa famille s'est mobilisée. Le Comité international des droits des personnes handicapées (CDPH), de l'ONU, soutient les proches de Vincent.

"Monsieur le Président, Vincent Lambert mourra privé d’hydratation dans la semaine du 20 mai si vous ne faites rien et vous êtes le dernier et le seul à pouvoir intervenir.

Nous venons vous demander de faire respecter par le ministre de la Santé les obligations de la France au profit d’un homme handicapé",

ont écrit les avocats du patient dans une lettre ouverte adressée à Macron.

Le 5 mai 2019, le ministre de la santé a réagi, en affirmant que la France n'est pas liée légalement à ce comité de l'ONU. D'ailleurs, le 24 avril, le Conseil d'Etat a prononcé que :

"le maintien des soins et traitements de Vincent Lambert constitue une obstination déraisonnable."

"Si la France maintient son refus de respecter les mesures provisoires réclamées par deux fois par le CDPH (...) il est certain que la France sera sévèrement condamnée à l’issue de l’examen de notre recours et sera désignée à la communauté internationale comme ayant violé le droit de recours individuel et les droits de l’Homme qui l’obligeaient",

explique le CDPH.

L'arrêt de traitement de Vincent aura lieu le lundi 20 mai. Selon ses proches, son décès serait vu comme un crime d'État "commis au prix d'un coup de force contre l'État de droit".

ARRÊT DÉFINITIF DES SOINS

Malgré les supplications des parents pour garder les soins, la décision de l'hôpital est toujours maintenue.

Le chef de service du CHU de Reims a prévenu la famille que rien de ce qui a été planifié ne va changer. Le lundi 20 mai 2019 est un jour sombre pour la famille Lambert.

Les postes connexes
Twitter/SteadfastOnlus
Actu France May 20, 2019
Vincent Lambert : le traitement est interrompu
Actu France May 17, 2019
Vincent Lambert : le tribunal " n'a aucune obligation de respecter " la demande du parent
Twitter/titrespresse
People May 15, 2019
Vincent Lambert est sur le point d'être euthanasié, sa mère veut sauver son fils
Jan 31, 2019
Vincent Lambert, dix ans dans l’impasse: la procédure d’arrêt des soins est validée