Le suspect du meurtre de Tom paraît impassible

Un an après le meurtre du petit Tom dans l’Aisne, la presse a dévoilé les nouveaux témoignages du suspect. Actuellement incarcéré, ce dernier déclare n'avoir aucune peine pour l'enfant décédé.

Il y a un an, le 28 mai 2018, la commune de Hérie-la-Viéville (233 habitants en 2015), dans l'Aisne, a vécu un véritable cauchemar. Le corps sans vie d'un petit garçon de 9 ans prénommé Tom a été retrouvé près d'une maison abandonnée.

Très rapidement les enquêteurs ont placé en garde à vue un suspect, un jeune marginal de 27 ans habitant le même village et dernière personne à avoir vu le garçon ce jour-là.

En garde à vue le meurtrier présumé prénommé Jonathan Maréchal s’est d’abord muré dans le silence avant de commencer à nier toute implication dans cette affaire. En fin d’interrogatoire, le 30 mai 2018, sans avouer clairement le meurtre, l’ancien ouvrier agricole avait également parlé de "flashs".

Quelques mois plus tard, le 22 février 2019, Jonathan Maréchal, interrogé par un psychiatre sur le lieu de sa détention à la maison d'arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis) explique ces "flashs" :

"J'ai mis des images sur les mots des policiers. J'étais fatigué. Mon avocate n'était pas présente"

déclare-t-il, cité par Le Parisien.

Non seulement le suspect continue à nier son implication dans le meurtre du petit garçon qui n'avait que 9 ans, mais il se montre tout à fait insensible à ce drame.

D'après le médecin qui a rédigé son expertise psychiatrique, "il fait preuve d'une froideur affective".

"Il reste indifférent lorsque l'on reprend ensemble la lecture des événements atroces que Tom a subis"

indiquent les journalistes du Parisien.

Jonathan Maréchal avoue "ne pas avoir de peine" pour la victime, bien qu'il l'ait gardé quelques années auparavant.

"Je ne le connaissais pas assez pour avoir de la peine. Ça ne me fait rien"

lance-t-il.

Avant ce drame horrible, Jonathan n'était connu des services de police que pour des faits mineurs. Il n'avait jamais été fiché délinquant sexuel.

LE TÉMOIGNAGE DE LA MÈRE DE JONATHAN

Sa mère qui le décrit comme quelqu'un qui "avait horreur de la violence" avait cependant déjà évoqué les problèmes psychologiques de son fils.

ⓘ AMOMAMA.FR ne soutient ni ne promeut aucune forme de violence, d'automutilation ou de comportement abusif. Nous sensibilisons les gens sur ces problèmes afin d'aider les victimes potentielles à obtenir des conseils professionnels et d'éviter que quiconque ne soit blessé. AMOMAMA.FR s'élève contre tout ce qui a été mentionné ci-dessus et préconise une discussion saine sur les cas de violence, d'abus, d'inconduite sexuelle, de cruauté envers les animaux, d'abus, etc. qui bénéficient aux victimes. Nous encourageons également chacun à signaler le plus tôt possible tout incident criminel dont il est témoin.

Les postes connexes
// twitter.com/BFMTV_People // twitter.com/voici
N'oubliez pas les paroles! Jun 16, 2019
Les 13 choses à savoir sur Paul des 12 coups de midi, dont le lien avec Tata Vero
maxpixel.net
Histoires Jun 16, 2019
Une Italienne âgée va se confesser au prêtre
Getty images
Célébrités Jun 16, 2019
La reine Elizabeth aurait brisé le protocole royal après la mort de la princesse Diana
Getty images
TV Jun 16, 2019
Mika : Tout sur son compagnon Andy