Premiers commentaires de François de Rugy sur ses luxueux dîners sortis du budget de l'État

10 juil. 2019
19:34
Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Ce mercredi Mediapart a dévoilé au grand public les nombreuses réceptions organisées, aux frais de l’État, par l’ancien président de l’Assemblée Nationale. Devant les médias, François de Rugy, "assume totalement" ses dîners somptueux.

Annonces

"La vie de château sur fonds publics des époux de Rugy"

Ce qui est fait débat aujourd’hui, ce sont les somptueux repas organisés par l’actuel ministre d’État. Entre 2017 et 2018, accompagné de son épouse et journaliste à Gala, François de Rugy aurait invité des proches dans de nombreuses soirées privées dans les salons de l’hôtel de Lassay. Dans la résidence du 7e arrondissement, celui qui était à l’époque le président de l’Assemblée Nationale, n’aurait pas hésité à mettre les petits plats dans les grands, offrant à ses convives homards et champagne, ou autres grands crus des caves de l’Assemblée, comme par exemple, un Mouton-Rothschild 2004. La soirée de Saint-Valentin 2018 du couple ferait aussi partie des réceptions financées par l’argent public.

Annonces

La photo de François de Rugy | Source: Getty Images / Global Ukraine

"Dîners informels liés à l’exercice de ses fonctions"

Immédiatement, à travers divers médias, Monsieur de Rugy répond à "l’article pamphlétaire". Au micro de France Inter, il commence par rappeler qu’une fois élu président de l’Assemblée Nationale, ce dernier a "mis un peu d’ordre dans un certain nombre de gestions, de budgets, de l’Assemblée Nationale".

Annonces

Il justifie ensuite par ses fonctions ses dîners bien que non officiels:

"Par ailleurs, j’assume totalement qu’un président de l’Assemblée Nationale, comme un ministre, rencontre dans un cadre informel […] des responsables d’entreprises, des responsables de la Culture, des responsables de l’Université…"

"Je me défendrai et je défendrai ma femme"

Même si l’actuel ministre de l’État dit être "habitué aux attaques politiques" qui, selon lui, sont très souvent "de mauvaise foi", il assure avoir "toujours joué la transparence" et met un point d’honneur à assurer également la défense de son épouse:

"J’assume que ma femme ait pu participer à l’organisation de ses dîners et je me défendrai, et je défendrai ma femme, parce que je n’accepte pas qu’on nous attaque. Nous n’avons rien à nous reprocher, ni elle, ni moi."

Annonces