Le propriétaire du coq Coco lance une pétition pour ramener son coq exilé

Cathya Harena Raoelina
18 juil. 2019
09:51
Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Coco vivait avec son propriétaire Nicolas Boucher et aimait chanter. Mais ses cocoricos dérangeaient tellement la voisine. Cette dernière est une hôtesse de l’air, fatiguée de ses voyages et devait dormir la journée pour récupérer. 

Annonces

Coco chante très fort et trop souvent réveillant de temps en temps la chère voisine. Ainsi l’hôtesse de l’air de profession, a porté plainte contre le propriétaire.

Le 24 mai 2019, le tribunal d’instance de Compiègne a ordonné de renvoyer son coq au risque de payer 50 euros d’amende par jours à sa voisine. 

“Je l'ai déplacé dans le centre-ville, là-bas il n'est pas embêté... Je vais le voir tous les jours, j'espère que je vais gagner le jugement, qu'il puisse retrouver son poulailler",

a expliqué Nicolas Boucher. 

Annonces

Coco a été exilé à deux rues du domicile de son maître. Pour ramener le coq à son poulailler, Nicolas Boucher a lancé une pétition de soutien en ligne, qui a déjà dépassé 60 000 signatures. Le but est de réclamer l’annulation de la décision d’exil de Coco.  

Après la plainte pour nuisance sonore déposée par l’hôtesse de l’air, la police municipale, accompagnée d’un magistrat, ont constaté les capacités vocales de Coco quand il chante.

Annonces

coq picard ne s’est pas retenu à cacher son talent ; il a chanté 23 fois en seulement 26 minutes. 

“Il y a même un juge qui est venu pour apprécier le chant du coq. Je n'en revenais pas. L'argent public me paraît un peu gaspillé”,

s’est étonné le propriétaire de Coco. 

“Ça me démoralise. Je suis déjà à plus de 2000 euros de frais de justice dans cette affaire, ils sont en train de m'achever financièrement”,

a-t-il ajouté. 

Annonces

Le propriétaire de Coco a fait appel à la décision de justice rendue concernant ce conflit de voisinage. En attendant, il a également créé une page Facebook de soutien pour son coq “Il faut sauver Coco, le coq Margnotin". 

Selon Le Courrier Picard, le poulailler de Nicolas Boucher a déjà fait l’objet d’une plainte de la part de ses voisins en 2014.

Annonces

Un coq, appartenant à la grand-mère de Nicolas, chantait très fort et dérangeant le voisinage. Mais les voisins ont arrêté la poursuite vu l’âge de la propriétaire. Et en 2017, ils ont appris le décès du coq. Cependant, le chant a continué, un autre coq a remplacé l’ancien. 

En ce qui concerne le coq Maurice, dénoncé d’avoir chanté trop fort et très tôt le matin par des vacanciers venus à la campagne, son procès du 6 juin 2019 a été reporté.

La justice se prononcera le 5 septembre prochain. Une comité de soutien a notamment été créé dans l’île d’Oléron pour soutenir Coq Maurice. 

Annonces