13 soldats français sont morts au Mali suite au crash de 2 hélicoptères

Un hélicoptère de transport et un hélicoptère de combat sont entrés en collision au cours d’une opération militaire au Mali. Treize soldats français, commandos et membres d’équipages ont succombé.

L’Élysée a confirmé le carambolage entre deux hélicoptères militaires français, le mardi 26 novembre 2019, dans la région du Liptako au Mali. Un hélicoptère de transport de type Cougar et hélicoptère de combat Tigre ont crashé après s’être percuté au cours d’une opération de combat.

TREIZE MILITAIRES FRANÇAIS ONT PÉRI

Treize militaires français se sont éteints dans cette collision qui a eu le soir du mardi 26 novembre 2019.

Valérie Boyer a rendu un hommage des plus respectueux à ces valeureux militaires de l’armée de terre, comprenant six officiers, six sous-officiers, et un caporal-chef, qui ont trébuché en opération et qui ont sacrifié leur vie pour la France dans la dure bataille contre le terrorisme au Sahel, a précisé le chef d’État dans un communiqué.

"Toutes mes pensées ce matin aux 13 militaires #français tués au #Mali dans un accident d'hélicoptères, ainsi qu'à leurs familles. Ces militaires menaient un combat acharné contre les djihadistes. Je salue leur courage indéfectible",

a-t-elle ainsi écrit.

UNE ENQUÊTE OUVERTE

L’accident s’est produit dans la région de Menaka, au sud-est du Mali, un territoire dans lequel les forces militaires maliennes et les armées de l’opération Barkhane mènent depuis de nombreuses semaines des missions antiterroristes. Ces opérations sont dirigées contre des groupements armés qui harcèlent les garnisons locales et terrorisent les populations locales.

Florence Parly, la ministre des Armées, a présenté ses condoléances les plus sincères aux familles, aux proches et aux frères d’armes des soldats tombés sur le front.

Une enquête a été ouverte dans le but de déterminer les circonstances véritables de cette terrible tragédie.

LES NOMS DES VICTIMES DÉVOILÉS

Aussi, Florence Parly a dévoilé la liste des victimes dans son communiqué.

Ce drame porte à 28 le nombre de militaires français tués dans ce territoire depuis le déclenchement “Serval”, en janvier 2013.

La dernière victime en date était un brigadier du 1er Spahis, dont le décès a été causé par un IED, toujours dans la zone de Menaka au Mali, le 2 novembre 2019.

Ce tamponnement d’hélicoptères cause l’un des bilans humains les plus lourds auxquels l’armée française a fait face depuis l’attentat du Drakkar, à Beyrouth en 1983. L'État Islamique revendique l'attaque qui a entraîné la mort d'un soldat français au Mali. Aussi, la veuve d'un soldat témoigne et demande que la France n'oublie pas les sacrifices qu'ils ont fait.

Les postes connexes
Twitter/le_Parisien
Actu France Nov 11, 2019
La veuve d'un soldat témoigne : "Il ne faut pas que la France oublie ce qu'ils ont fait"
twitter.com/LCI
International Oct 19, 2019
Au moins 13 personnes ont perdu la vie à la suite de la rupture d'un barrage en Russie
shutterstock
Macron Aug 16, 2019
Emmanuel Macron appelle les maires à renommer les rues en hommage aux soldats africains
Shutterstock.com
Actu France Aug 03, 2019
Les raisons du crash du bombardier d’eau, de la sécurité civile dans le Gard