Covid-19 : L'histoire de Monique, une femme malade depuis six mois

Depuis plusieurs mois déjà, la pandémie de Covid-19 ne laisse aucun répit aux médecins. Si certains patients guérissent en à peine quelques jours, d’autres mettent beaucoup plus de temps pour vaincre le virus.

C’est le cas de Monique, qui a attrapé la maladie depuis le début de la pandémie. Six mois après, elle est toujours positive. Découvrez son histoire.

LE BOULEVERSEMENT DE SON QUOTIDIEN

La covid-19 a considérablement bouleversé le quotidien de Monique Jackson. Elle qui était tout le temps en train de bouger, de faire de la boxe thaïlandaise, du jiu-jitsu et du vélo ne pouvait plus pratiquer ces activités à cause de la fatigue.

"Je n'avais pas l'énergie nécessaire pour envoyer des SMS à plus de deux personnes par jour",

a-t-elle déclaré.

Jeune femme déprimée allongée sur le canapé. | Photo : Getty Images

Jeune femme déprimée allongée sur le canapé. | Photo : Getty Images

Comme elle l’a expliqué, elle a difficilement vécu cela. Dans sa tête, elle avait besoin de se dépenser, mais son corps ne voulait pas coopérer.

Lui vint alors une idée, écrire un journal qui parlerait de comment elle vit sa situation. En effet, la jeune femme a tout fait pour guérir de la maladie.

Elle a par exemple essayé de se soigner en utilisant des remèdes naturels comme l’ail et les piments, mais toutes ses expériences n’ont donné aucun résultat.

Et comme cela ne suffisait pas, ses symptômes se sont multipliés au fil du temps lui faisant vivre un véritable enfer. Pour demander conseil, elle a fait appel au 111.

Ils lui ont alors recommandé de prendre des paracétamols qui font disparaître la douleur chez certaines personnes.

Femme dépressive réveillée. | Photo : Getty Images

Femme dépressive réveillée. | Photo : Getty Images

Et cela a marché. Après avoir pris le médicament, la douleur que ressentait Monique s’était estompée. Malheureusement, elle s’est transformée en une sorte de sensation de brûlure au niveau de l’estomac et de la gorge.

Les médecins avaient d’abord pensé à un ulcère mais c’est peu de temps après qu’ils ont compris que c' était un symptôme du virus.

LA PEUR DU MONDE EXTÉRIEUR

À cause de sa maladie, Monique s’est coupée du monde extérieur. Elle ne voulait même plus écouter les infos car cela la rendait anxieuse. Elle avait notamment peur de voir les milliers de cadavres des victimes de la Covid-19.

Pour se réconforter, elle a préféré se plonger dans les achats en ligne. Mais là encore, en écrivant une taille de robe dans la barre de recherche de son navigateur, elle fait apparaître par accident des histoires horribles sur les nouveaux symptômes de la maladie.

Jeune femme malade se tenant la main sur le front. | Photo : Getty Images

Jeune femme malade se tenant la main sur le front. | Photo : Getty Images

La peur était tellement ancrée en elle qu’elle a fini par demander à l’un de ses amis de la mettre au courant de tout ce qui se passait à l’extérieur. Elle redoutait trop Google et ses suggestions de recherche.

Les symptômes de la jeune femme devenaient de plus en plus bizarres. Ses douleurs au cou s’accompagnaient d’étranges sensations dans l’oreille, ses mains devenaient bleues, ses orteils devenaient rouges, etc.

Plus étrange encore, alors qu’elle était en pleine conversation téléphonique avec un ami, elle a senti la partie droite de son visage s’affaisser. Pris par la panique, elle se précipite vers son miroir mais tout semble normal.

Souvent, Monique a aussi l’impression qu’une personne lui attrape sa jambe et sent des traînés de poils sur son visage, et même dans sa bouche.

L’une des choses qui préoccupaient aussi beaucoup la jeune femme, c’était de transmettre le virus à autrui. Un jour, alors qu’elle était dans le parc, un enfant s’est approché d’elle en courant. Monique a sursauté et s’est vite éloignée de lui.

Femme mal à la tête allongée dans sa chambre. | Photo : Getty Images

Femme mal à la tête allongée dans sa chambre. | Photo : Getty Images

En la voyant, la mère de l’enfant a dit “L'enfant n'était pas près de toi”. Monique lui a ensuite expliqué que ce qui lui faisait peur , ce n’était pas que l’enfant lui transmette la maladie mais plutôt le contraire.

Lorsque finalement le gouvernement britannique a ouvert les tests à tous ceux qui présentaient des symptômes, Monique n’a pas hésité. Testée négative, elle a été plus que soulagée, car les médecins lui ont dit qu’elle ne pouvait pas contaminer son entourage.

Cependant, sa joie ne fut que de courte durée. Alors que son état était en train de s’améliorer, elle s’effondre tout d’un coup en passant l’aspirateur. Résultat, elle est restée au lit durant trois longues semaines.

La jeune femme ne sait plus quoi faire pour guérir de la maladie. Ces symptômes ne veulent pas disparaître et les médecins n’ont pas la moindre idée de comment l’aider.

ALYSSA MILANO : LA PÉRIODE OÙ ELLE A CONTRACTÉ LA COVID-19

En Avril 2020, Alyssa Milano a contracté la Covid-19. À fleur de peau, elle s’est confiée sur cette période difficile. Découvrez tous les détails.

View this post on Instagram

This was me on April 2nd after being sick for 2 weeks. I had never been this kind of sick. Everything hurt. Loss of smell. It felt like an elephant was sitting on my chest. I couldn’t breathe. I couldn’t keep food in me. I lost 9 pounds in 2 weeks. I was confused. Low grade fever. And the headaches were horrible. I basically had every Covid symptom. At the very end of march I took two covid19 tests and both were negative. I also took a covid antibody test (the finger prick test) after I was feeling a bit better. NEGATIVE. After living the last 4 months with lingering symptoms like, vertigo, stomach abnormalities, irregular periods, heart palpitations, shortness of breath, zero short term memory, and general malaise, I went and got an antibody test from a blood draw (not the finger prick) from a lab. I am POSITIVE for covid antibodies. I had Covid19. I just want you to be aware that our testing system is flawed and we don’t know the real numbers. I also want you to know, this illness is not a hoax. I thought I was dying. It felt like I was dying. I will be donating my plasma with hopes that I might save a life. Please take care of yourselves. Please wash your hands and wear a mask and social distance. I don’t want anyone to feel the way I felt. Be well. I love you all (well, maybe not the trolls. Just the kind people.)❤️

A post shared by Alyssa Milano (@milano_alyssa) on

Les postes connexes
facebook.com/kaela.johnstone
Histoires Aug 22, 2020
À 27 ans, elle promet de s'occuper de ses frères : elle élève maintenant 4 enfants seule
Getty images
Santé May 24, 2020
"Les médecins en face de moi sont perdus" : des patients, guéris du Covid-19, témoignent
Twitter/fox12oregon
Célébrités Aug 15, 2020
Un couple marié depuis 35 ans meurt à 11 jours d'intervalle des suites du COVID-19
facebook.com/DrMichelCymes
Santé May 14, 2020
Covid-19 : Michel Cymes témoigne sur la transmissibilité de ce virus