Shutterstock
La source: Shutterstock

Nantes : ils portent plainte contre le CHU où leur fille de 15 ans s’est ôté la vie

Tsiry Rakotomalala
14 avr. 2021
16:40
Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

En 2014, Maeva a mis fin à ses jours à l’hôpital Saint-Jacques, à Nantes. De ce fait, ses parents ont porté plainte contre le CHU pour manque de sécurité. Découvrez les détails.

Annonces

Maeva n’avait que 15 ans lorsqu’elle s’est ôtée la vie après avoir subi une agression alors qu’elle était hospitalisée dans l’établissement. Ses parents veulent que la justice reconnaisse la faute de l’hôpital.

DÉCÉDÉE À L'ÂGE DE 15 ANS

À seulement 15 ans, Maeva a dû être hospitalisée à l’hôpital Saint-Jacques de Nantes, en 2014, à cause de troubles alimentaires.

Des médecins dans un hôpital. | Photo : shutterstock

Annonces

Sa mère a raconté qu’au bout de cinq mois, son état de santé aurait évolué et c’est pour cette raison que les médecins ont accepté qu’elle passe Noël auprès de sa famille. 

Hélas, la jeune fille n’a jamais pu le fêter avec ses proches puisque tout a basculé au début du mois de décembre 2014. En effet, à cette époque, alors qu’elle faisait une promenade autorisée dans le parc de l’hôpital, Maeva a été victime d’une agression intime.

“Je n’ai pas osé crier, j’ai vu qu’il n’y avait personne, que ça ne servirait à rien”,

a-t-elle raconté lorsqu’elle a déposé une plainte.

Annonces

Chambre de l'hôpital. | Photo : Pixabay

Cet acte, dont elle a été victime, a beaucoup touché Maeva et deux jours après avoir dénoncé son agression, soit le 8 décembre 2014, la jeune fille a décidé de mettre fin à sa vie.

Annonces

SES PARENTS PORTENT PLAINTE

Une enquête sur cette affaire a été ouverte, mais en raison de l’absence de preuve concrète, les policiers ont préféré la clôturer six mois plus tard.

Mais les parents de Maeva, qui veulent que justice soit faite pour leur fille, ont porté plainte contre le CHU pour manque de sécurité.

D’autant plus que lorsqu’ils lui rendaient visite, les parents de la jeune fille ont constaté “qu’on y entrait comme dans un vrai moulin et qu’il y avait des trafics de drogue”.

Une voiture de police. | Photo : Getty Images

Annonces

“Nous avions appelé l’unité pour dire qu’elle avait des idées suicidaires. Pourquoi sa ceinture ne lui a pas été confisquée ?”,

ont-ils dit.

L’affaire est jugée le mercredi 14 avril 2021, et les parents de la défunte ne veulent qu’une seule chose : que leur fille soit reconnue victime.

FUSILLADE DEVANT UN HÔPITAL À PARIS

En parlant d’hôpital, une fusillade a eu lieu dans un établissement de santé à Paris. Le drame a eu lieu le 12 avril 2021, et le bilan a montré un décès et un blessé. Découvrez-en davantage sur cette nouvelle.

Annonces
Annonces