Histoires inspirantes

24 octobre 2021

Un guichetier met un vieil homme à la porte de la banque, la police le ramène : histoire

Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Annonces

Garry Robertson est allé à la banque pour retirer de l'argent, mais le caissier lui a dit que sa carte d'identité avait expiré. Une dispute s'est ensuivie, et la banque a appelé la police à l'aide. Mais lorsque l'agent a appris ce qui s'était passé, elle a décidé d'aider.

M. Robertson vivait à Fort Smith, dans l'Arkansas, et ce depuis la fin de ses études universitaires. Il ne s'est jamais marié ni n'a eu d'enfants, mais il ne s'est jamais senti seul. Il pouvait tout faire lui-même, sauf gérer la technologie.

De plus, Garry détestait faire les courses, mais il allait à la banque une fois par an. Ce jour-là, il avait besoin de retirer une importante somme d'argent à garder chez lui en cas d'urgence, et sa carte de débit avait également expiré.

Annonces

Sa banque habituelle avait fusionné avec une plus grande, et certains des employés que Garry connaissait depuis des années avaient disparu. Mais il espérait que tout irait bien lors de cette visite.

Annonces

"Bonjour, je m'appelle Garry Robertson. J'ai besoin de retirer 2 000 dollars de mon compte, et je dois également renouveler ma carte de débit", a-t-il expliqué à la jeune caissière dont le badge indiquait Mme Sally Smith.

"Bonjour, bienvenue. Ce n'est pas un problème. J'ai juste besoin de voir votre carte d'identité", a répondu Mme Smith. Garry lui a remis son permis de conduire, bien qu'il n'ait pas conduit sa voiture depuis un certain temps en raison de sa mauvaise vue.

"Je suis désolé, monsieur. Ce permis de conduire a expiré. Avez-vous une autre pièce d'identité ? Peut-être un passeport ?" Mme Smith s'est excusée.

Annonces

"Non, m'dame. Je n'ai jamais eu de passeport de ma vie. J'ai toujours utilisé ce permis de conduire. Quel est le problème ?" a demandé M. Robertson.

Annonces

"Encore une fois, je suis désolée. Mais nous avons besoin d'une pièce d'identité valide, et celle-ci a expiré il y a des années", a poursuivi Mme Smith.

"Eh bien, mais il a toujours mon nom, et c'est le même sur ma carte de débit. Je ne vois pas où est le problème", a insisté M. Robertson.

"Monsieur, c'est la politique de la banque. Vous devez faire renouveler votre permis ou me montrer une autre pièce d'identité pour compléter votre demande", a déclaré Mme Smith.

"Cela n'a aucun sens. Même s'il est expiré, il prouve quand même que je suis moi. Il y a aussi ma photo. Je suis avec cette banque depuis des années, et c'est un énorme tracas de venir ici personnellement. Aidez-moi", a poursuivi M. Robertson.

Annonces

"Je suis désolé, monsieur. Mais vous vous souvenez peut-être que notre banque a récemment subi une énorme fusion. Cela signifie que de nouvelles politiques s'appliquent, et c'est juste la façon dont cela fonctionne ici", a expliqué Mme Smith, en essayant d'être patiente.

"NON ! Cela n'a aucun sens. J'ai besoin que vous me donniez mon argent, mais je n'ai pas le temps pour des politiques stupides. C'est mon argent !" s'exclame le vieil homme, qui commence à perdre son calme.

Annonces

"Monsieur, calmez-vous. Je ne peux légalement rien faire pour le moment. Je ne suis qu'une employée", a tenté de raisonner Mme Smith.

"PASSEZ-MOI LE DIRECTEUR MAINTENANT, ALORS ! PAS UNE ENFANT QUI NE SAIT PAS COMMENT FAIRE SON TRAVAIL !" a argumenté M. Robertson avec véhémence.

À ce moment-là, Mme Smith devenait nerveuse, et l'agent de sécurité de la banque s'est approché d'eux pour désamorcer la situation. Cependant, M. Robertson n'a pas voulu céder. Le patron de Mme Smith s'est approché et a expliqué la même chose à l'homme âgé, mais il ne se calmait toujours pas.

Ils ont donc appelé la police pour lui et deux agents se sont présentés. "Monsieur, je vais devoir vous escorter à l'extérieur", a déclaré le lieutenant Emma Chaney, tandis que son partenaire, le sergent Charles Bates, s'entretenait avec le gérant.

Annonces

"C'est ridicule. Ils retiennent mon argent en otage. Vous devriez les arrêter !" a demandé M. Robertson.

"Personne ne sera arrêté aujourd'hui. Vous devez quitter les lieux et revenir quand vous aurez tous les documents requis", a poursuivi le lieutenant Chaney. L'homme âgé a finalement cédé et est sorti avec les officiers.

Annonces

"Pouvez-vous me dire où je peux faire renouveler mon permis de conduire ?" a demandé M. Robertson, dépité. Le lieutenant Chaney lui a expliqué où il pouvait aller, et l'homme âgé a commencé à s'éloigner. Mais l'officier a remarqué que l'homme âgé marchait lentement.

"Monsieur, vous n'avez pas de voiture ?" lui a-t-elle demandé avant qu'il n'aille trop loin.

"Non, jeune fille. C'est pourquoi mon permis a expiré. Ma vision n'est pas la meilleure, et j'ai aussi des problèmes de genoux. Ce n'est pas prudent de conduire comme ça", lui a répondu M. Robertson sans se retourner.

Cette ville est petite, mais marcher pour faire les courses prend un temps considérable, pensa Emma. Elle décida de le déposer. Il y avait une énorme file d'attente au bureau du D.M.V., mais M. Robertson ne devrait pas avoir à faire la queue aussi longtemps avec ses problèmes de santé.

Annonces

Une fois de plus, le lieutenant Chaney a usé de son influence pour le faire passer devant. Heureusement, l'Arkansas n'a pas de règles ou d'exigences particulières pour les conducteurs âgés, et la gentille dame du bureau a accéléré le renouvellement. Moins d'une demi-heure plus tard, M. Robertson était prêt à retourner à la banque.

Annonces

Les agents l'y ont conduit directement. "Merci beaucoup. Lieutenant Chaney. J'ai été impoli à l'époque. Je ne suis pas la personne la plus sociable, et faire les courses à mon âge est devenu une telle nuisance. Je ne pensais pas que j'aurais un jour des problèmes à cause d'un permis expiré", s'est excusé M. Robertson.

"Ne vous inquiétez pas, monsieur. Personne n'aime faire des courses", a répondu Emma.

"J'aimerais bien savoir me servir d'un ordinateur pour pouvoir faire la plupart des choses depuis chez moi, mais c'est un tout autre problème pour moi", ajoute M. Robertson avec humour.

Annonces

Ils ont ri un peu, et Emma est entrée dans la banque avec lui pour vérifier que tout s'était bien passé. L'homme âgé a également présenté ses excuses à Mme Smith et au directeur de la banque pour son emportement de tout à l'heure. Ils ont compris et espèrent qu'il continuera à être un client fidèle.

Ensuite, les agents l'ont conduit chez lui. "Nous n'avons peut-être pas sauvé notre ville d'un criminel, mais la mission d'aujourd'hui nous a fait du bien", a déclaré Emma à Charles.

"Oui, parce que nous avons quand même aidé quelqu'un. C'est notre travail, malgré ce que les informations et les films nous font croire", lui a répondu le sergent Bates.

Annonces

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

Respectez les politiques des établissements. Certaines règles et directives de l'entreprise peuvent sembler insensées, mais les employés doivent les suivre sous peine d'avoir des ennuis.La police est là pour aider et protéger les gens. Le lieutenant Emma est allée au-delà de son devoir, mais elle s'est sentie très bien parce qu'aider et protéger est son travail.

Partagez cette histoire avec vos amis. Elle pourrait égayer leur journée et les inspirer. 

UNE FEMME SANS ABRI SIGNALE UN ENLÈVEMENT

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle d'une femme sans abri qui a vu un homme pousser un enfant en pleurs dans sa voiture.

Annonces

Ne manquez plus rien en vous abonnant à AmoMama sur Google News !

Annonces

Cette histoire nous a été envoyée par un abonné. Tous les noms ont été changés pour protéger son identité et assurer son intimité. Si vous souhaitez partager votre histoire avec nous, veuillez nous envoyer un mail à info@amomama.com