Getty Images
La source: Getty Images

Bulle Ogier a changé de nom et a interrompu sa grossesse : sa vie actuelle depuis le décès de son autre enfant à 25 ans

Jacques Ronny
19 févr. 2022
11:00
Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Bulle Ogier a perdu brutalement sa fille la veille de son vingt-sixième anniversaire. Le deuil de son enfant s’est avéré insurmontable. 

Annonces

Fille de parents divorcés, Bulle Ogier, née Marie-France Thielland, est une célèbre actrice et scénariste française. Durant ses 55 ans de carrière, elle est apparue dans pas moins de 105 films et a même été nominée plusieurs fois au César de la meilleure actrice dans un second rôle.

Elle a également reçu de nombreuses récompenses dont le Grand prix national du Cinéma en 1984 ou encore, plus récemment, le Prix Médicis Essai en 2019, notamment pour son livre autobiographique intitulé “J’ai oublié”.

L'actrice Bulle Ogier le 10 août 2015 à Locarno, en Suisse. | Photo : Getty Images

Annonces

Mais tout cela aurait pu ne jamais avoir lieu sans sa rencontre avec Marc’O dans les années 60. Ce dernier l’avait poussée à prendre des cours de théâtre et depuis, son destin a été lancé et elle n’a jamais cessé d’exploser. 

Malheureusement, en 1984, c’est le désenchantement total pour celle qui était devenue la nouvelle coqueluche du cinéma français. Alors que tout semblait aller pour le mieux aussi bien pour elle que pour son enfant, Bulle Ogier vit le pire. Sa fille Pascale, devenue une célèbre actrice elle-aussi, décède subitement le 25 octobre 1984, la veille de ses 26 ans.

Bulle Ogier au 12e festival du film de Sarlat, 11 août /2003. | Photo : Getty Images

Annonces

Pascale Ogier laissait alors derrière elle sa mère, totalement anéantie, et sa demi-sœur, Émeraude, qui n'a alors que 12 ans au moment des faits. Bien des années plus tard, en 2018 précisément, Vanity Fair lui a accordé une interview durant laquelle, elle a bien voulu évoquer ce qui s’est passé ce funeste jour où sa grande sœur a disparu. 

LA SŒUR PARLE DU JOUR DE LA MORT DE PASCALE

Émeraude a bien voulu revenir sur cette journée lors de cet entretien accordé au magazine. Dans les colonnes de Vanity Fair, elle déclare :

"Ma mère est venue me chercher au collège. Elle ne voulait pas que j’apprenne la nouvelle par un copain d’école qui l’aurait entendue à la radio. Je ne me rendais pas compte que Pascale était si connue. Pour moi, c’était juste ma grande sœur : une fille normale avec une vie un peu dingue".

Annonces

L'actrice française Pascale Ogier (1958-1984) a remporté le prix de la meilleure actrice au Festival du film de Venise en 1984 pour sa performance dans le film d'Eric Rohmer Les Nuits de la pleine lune (Full Moon in Paris). | Photo : Getty Images

Il faut savoir que Pascale Ogier avait entamé une carrière digne d’un conte de fées. Décidée à devenir actrice depuis ses 10 ans, elle a choisi de suivre des études en Littérature et Cinéma à la Sorbonne-Nouvelle.

Annonces

Toutefois, avant même d’obtenir son diplôme, elle prend la décision de tout interrompre pour débuter sa carrière dans le cinéma. Ce choix avait beaucoup inquiété sa mère mais l’interprétation de Pascale dans les nombreux films qu’elle tourne balaie tout doute possible.

L'actrice Pascale Ogier au Théâtre des Amandiers jouant Katherine de Heilbronn de l'auteur allemand Heinrich Von Kleist, le 5 novembre 1979 à Nanterre, France. | Photo : Getty Images

Annonces

La jeune femme semble être faite pour le métier. Elle est éblouissante. La comédienne a même été nominée dans la catégorie Meilleure interprétation féminine de la Mostra de Venise de laquelle elle est sortie avec la Coupe Volpi. Elle était l’une des plus belles promesses du cinéma des années 1980.

D’ailleurs, en 1985, elle a été nominée dans la catégorie Meilleure actrice par l’Académie des César. Un hommage posthume jusqu’ici réservé à Romy Schneider. Son décès subit le 25 octobre 1984, aura vraiment créé un choc immense.

Pascale Ogier, 1984. | Photo : Getty Images

Annonces

Apparemment, ce jour-là, elle s’était rendue au Palace avec un de ses amis où malheureusement elle aurait “été prise d'une crise d'angor”, une sorte d'angine de la poitrine. Son ami, ne sachant pas qu’elle souffrait d'un souffle au cœur, finit par appeler les secours mais c’était déjà trop tard.

Dans les médias, Pascale Ogier est décédée des suites d'une ischémie myocardique dégénérée en hypoxie générale. Vanity Fair, quant à lui, explique dans ses colonnes que la jeune vedette aurait malheureusement fait un arrêt cardiaque à cause d'une overdose.

Pascale Ogier, 1984. | Photo : Getty Images

Annonces

De nombreuses personnalités telles que Marguerite Dumas ou encore le chanteur Renaud avaient décidé de rendre un dernier hommage à la vedette montante que la France venait de perdre. La femme de lettres avait décidé de le faire à travers la presse, tandis que Renaud, lui, lui a écrit une chanson, “P'tite conne”.

Face à ces gestes d’affection, Émeraude avait déclaré :

“Ça me faisait bizarre. J’étais à la fois très triste et heureuse de voir tous ces articles. J’ai continué à découper les pages des journaux, même si les nécrologies remplaçaient les interviews.”

L'actrice Pascale Ogier au Théâtre des Amandiers jouant Katherine de Heilbronn de l'auteur allemand Heinrich Von Kleist, le 5 novembre 1979 à Nanterre, France. | Photo : Getty Images

Annonces

LA MORT DE SA FILLE

Confrontée à la mort de sa fille, Bulle Ogier perd goût à la vie. Ses proches avaient essayé de la soutenir du mieux qu’ils pouvaient durant cette terrible épreuve, mais il semblait évident qu’on ne sort jamais vraiment un jour d’un deuil d’enfant.

"J'ai oublié que j'ai eu une vie très amusante et joyeuse jusqu'à la disparition de Pascale",

avait-elle raconté dans son livre. 

L'actrice française Bulle Ogier dans les années soixante. | Photo : Getty Images

Annonces

SA MALADIE

La fille de Bulle Ogier et du musicien Gilles Nicolas aurait été victime d'une crise d'angor (symptôme cardiaque caractérisant la maladie coronarienne et se manifestant par une douleur thoracique). En plus de cela, il semblerait qu’elle avait également un souffle au cœur. 

Malheureusement, à cause d’une intervention beaucoup trop tardive, Pascale Ogier est décédée brutalement des suites d'une insuffisance coronarienne dégénérée en hypoxie générale après cette soirée au Palace.

L'actrice française Bulle Ogier, sa mère et sa petite-fille, l'actrice française Pascale Ogier. | Photo : Getty Images

Annonces

Sa mère a tenté de mettre des mots sur toute la douleur qu’elle a ressentie depuis la mort de sa fille dans son livre. Mais elle y a également fait d’autres révélations tout aussi bouleversantes.

VIOLENCE À SON ENCONTRE LORSQU'ELLE VOULAIT AVORTER

Avec l’aide de la journaliste Anne Diatkine, la comédienne Bulle Ogier a pu mettre sur le papier ses souvenirs, des plus joyeux aux plus dramatiques.

Elle y dévoile notamment avoir oublié les raisons pour lesquelles elle est devenue actrice ou encore l’origine de son surnom Bulle. Elle revient aussi sur la mort de sa fille mais également les deux viols qu’elle a subis. 

Annonces

L'actrice française Bulle Ogier, à Paris, France, vers 1970. | Photo : Getty Images

À travers ses pages, la maman de Pascale raconte avoir été violée pour la première fois par son médecin alors qu’elle voulait se faire avorter (illégal à l’époque). Pour reprendre ses mots :

Annonces

"Je me suis allongée, j'ai écarté les jambes, et le médecin clandestin m'a violée sans me prévenir, puis avortée comme convenu, je l'avais payé d'avance".

La seconde fois s’est produite après une représentation au théâtre. Le coupable d’une telle atrocité était un commissaire de police véreux.

Lire aussi : Françoise Hardy, qui a perdu son deuxième enfant, partage son testament qu'elle laissera pour Thomas

Abonnez-vous à AmoMama sur Google News.

Annonces