logo
 Shutterstock
La source: Shutterstock

Un sans-abri intervient lorsqu'une caissière manque de respect à un ancien soldat et obtient un emploi bien rémunéré juste après - Histoire du jour

Sedera Raliniainjanahary
10 sept. 2022
20:50
Partager
FacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInLinkedInEmailEmail

Lorsqu'une caissière a manqué de respect à un ancien combattant, un sans-abri intervient pour l'aider. Avant qu'il ne quitte le magasin, le gérant demande à l'homme pourquoi il a aidé le vétéran âgé, et sa réponse a touché le cœur du gérant.

Annonces

Carl était un sans-abri. Il demandait l'aumône, fouillait dans les ordures pour trouver de la nourriture et dormait dans les ruelles ou partout où il pouvait trouver un endroit où dormir. Carl n'avait pas le confort de la vie ni même une maison où vivre, mais il avait un bon cœur, ce qui nous a inspiré à partager cette histoire avec vous.

C'est par une chaude après-midi d'été que Carl s'est rendu à l'épicerie. Il était affamé, alors il a décidé de se faire plaisir avec l'argent qu'il avait reçu en mendiant le matin.

Après avoir parcouru les rayons du magasin, Carl s'est acheté une boisson à l'orange et un paquet de crackers bon marché. Puis il a rejoint la file d'attente devant la caissière, attendant son tour pour payer son addition.

Annonces

Soudain, il entend les bruits de deux personnes qui se disputent et jette un coup d'œil hors de la file d'attente pour voir un homme âgé debout près de la caisse.

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

Annonces

Carl a vu la caissière crier sur l'homme âgé. "Vous êtes sérieux ? !", a-t-elle crié. "Vous allez compter ces pièces une par une ? Ça va vous prendre une éternité, monsieur ! Il faut que vous vous bougez !"

"Oh, ça ne prendra pas longtemps. Je - je suis désolé. Je vais faire vite", a répondu l’homme âgé dont les mains tremblaient en continuant à compter les pièces. La caissière avait déjà emballé ses achats, et elle attendait impatiemment le paiement de l'homme. En même temps, elle ne cesse de l'interrompre et de taper sur le comptoir pour qu'il accélère.

"Vous pouvez commencer aujourd'hui si vous le souhaitez ! Alors, monsieur... comment vous vous appeliez déjà ?"

Annonces

Quand elle a vu l'homme prendre tout son temps pour compter les pièces, elle a perdu son calme. "Pourquoi venir ici si vous ne pouvez pas payer ? Vous n'avez rien ? ! Même pas votre carte, hein ?"

"Je suis un vétéran, mademoiselle. Ne pensez-vous pas que vous devriez me parler avec plus de respect ? Je n'ai jamais dit que je n'allais pas payer !" a-t-il répondu avec audace, ce qui l'a irritée encore plus. Certaines personnes dans la file d'attente soutenaient la caissière, car elles attendaient impatiemment leur tour, et personne n'a aidé le vétéran âgé.

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

Annonces

En voyant le vétéran en difficulté, un homme s'est approché de lui et lui est venu en aide. Cet homme gentil n'était autre que Carl.

"Je vais vous aider, monsieur...." a-t-il dit et il a commencé à aider l'homme à compter ses pièces.

Le caissier les a de nouveau interrompus. "Pourquoi l'aidez-vous ? C'est de sa faute s'il n'a apporté que de la monnaie ! Sans compter qu'un homme débraillé comme vous ne peut pas s'aider lui-même, et vous allez l'aider ?", s'est-elle moquée.

Carl n'a pas répondu.

"Voilà, monsieur. Cela fait un total de 52 $ !", s'est-il exclamé en finissant de compter.

Annonces

"Et j'ai 50 $ de plus", a dit l'homme âgé. "Le total est de 112 $. Voilà, mademoiselle..." a-t-il ajouté en empilant les pièces sur le comptoir en deux rangées. Mais l'argent ne suffisait pas.

"Et voilà 4 $ de moins !", lui cria-t-elle en montrant le billet. "Bon sang ! C'est quoi votre problème ? Vous avez fait attendre tout le monde, et maintenant il vous manque 4 $ !"

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

Annonces

Finalement, Carl a pris la parole. "Vous n'avez pas besoin de lui crier dessus. Voilà vos 4 $ !" Il a frappé deux billets de 2 $ contre le comptoir.

"Prenez ce foutu argent et faites-lui des excuses ! Vous comprenez, madame, il a dit qu'il était un vétéran ? Il a déjà servi notre pays de manière désintéressée, et vous êtes là à le critiquer ? Les gens comme vous sont indignes d'être appelés humains !"

"Ouais, peu importe. Maintenant, si vous avez fini, partez !", la caissière a pris l'argent et leur a ordonné de bouger.

"Je ne vous laisserai pas vous en sortir comme ça ", l'a prévenue Carl. "Votre superviseur doit le savoir !"

Annonces

Voyant la gentillesse de Carl à son égard, l'homme âgé avait les larmes aux yeux.

"Quel est ton nom, mon fils ? Je m'appelle Simon", a-t-il dit.

"Je m'appelle Carl, monsieur. Je suis un SANS-ABRI," a-t-il dit assez fort, "mais je suis quand même mieux que la plupart des gens ici qui ont de l'argent ! Je peux vous aider à porter vos courses dehors, monsieur", a-t-il proposé.

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

Annonces

Simon a dit qu'il se débrouillerait, mais quand Carl a insisté, il a cédé. Mais avant d’aider le vétéran, Carl a d’abord remis les choses qu’il avait prises sur l'étagère, car il savait qu'il ne pourrait plus les acheter.

Ensuite, ils étaient sur le point de quitter le magasin quand un homme en costume s'est approché de lui. "Joseph Smith. Directeur général", peut-on lire sur son badge.

M. Smith était resté debout et observait tout ce qui se passait. Une fois la situation résolue, il s'est approché de Carl pour lui demander pourquoi il avait aidé Simon. "...Pourquoi avez-vous fait ça ?", a-t-il demandé.

"Parce que pourquoi pas, monsieur ?", a répondu Carl. "J'ai vécu une vie difficile dans les rues, et la plupart des gens m'évitent ou ignorent complètement mon existence. Vous pouvez voir que j'ai l'air pauvre. Mais il y a eu aussi de nombreuses fois où les gens ont été gentils avec moi. Je sais que si vous faites le bien, il vous revient d'une manière ou d'une autre. Alors je ne pouvais pas supporter de voir quelqu'un être rejeté comme ça !"

Annonces

M. Smith a souri. "Voulez-vous travailler dans mon magasin ?", a-t-il demandé à Carl comme s'il n'avait rien entendu de ce qu'il avait dit précédemment. "J'ai besoin d'embaucher un superviseur de magasin."

Les yeux de Carl se sont mis à pleurer. "Quoi, je - je ne comprends pas, monsieur... Êtes-vous - vous sérieux ?"

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

Annonces

"Vous pouvez commencer aujourd'hui si vous le souhaitez !", a répondu M. Smith. "Alors, monsieur... comment vous vous appeliez déjà ?".

"Carl, monsieur... je ne sais pas trop comment le dire, mais merci ! Merci beaucoup, monsieur. Je ferai de mon mieux."

"Je sais, Carl", M. Smith a hoché la tête avec attention. "J'adorerais avoir un employé qui croit au fait de faire le bien. Les gens comme vous sont rares de nos jours."

Carl n'en revenait pas de la façon dont les choses s'étaient déroulées si positivement. Il avait commencé sa journée en tant que sans-abri et l'avait terminée en tant que superviseur de magasin avec un beau salaire. Il a remercié M. Smith et a promis d'être un employé assidu. La caissière, en revanche, a dû perdre son emploi après avoir manqué de respect à Simon. Après tout, l'arrogance n'est jamais une excuse pour rien.

Annonces

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

  • Lorsque vous faites du bien aux autres, cela vous revient de manière surprenante. Carl avait juste assez d'argent pour se nourrir, mais il n'a pas hésité à le donner lorsqu'il a vu Simon avoir du mal à régler sa facture. La bonté de Carl lui est revenue, et il a été embauché comme superviseur du magasin.
  • Protéger la dignité de nos anciens combattants est une chose que chacun devrait faire. Simon était un ancien combattant, et il méritait d'être respecté. Alors que la plupart des gens ne se souciait pas de cela, Carl, lui, s'en souciait et est intervenu pour aider Simon.

Partagez cette histoire avec vos amis. Elle pourrait illuminer leur journée et les inspirer.

Annonces

Lire aussi : Un garçon aide une vieille dame pauvre à porter ses courses, sa mère reçoit une maison de 265 000 dollars en récompense plus tard - Histoire

Cette histoire est inspirée de la vie quotidienne de nos lecteurs et rédigée par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est une pure coïncidence. Toutes les images sont uniquement destinées à l'illustration. Partagez votre histoire avec nous ; elle changera peut-être la vie de quelqu'un. Si vous souhaitez partager votre histoire, veuillez l'envoyer à info@amomama.com.

Abonnez-vous à AmoMama sur Google News !

Annonces
info
Veuillez nous indiquer votre adresse e-mail afin que nous puissions partager avec vous les meilleures de nos histoires !
En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité
Articles connexes

Un garçon disparaît après que ses parents ont oublié son anniversaire. Il est retrouvé près d'une maison abandonnée avec un ballon - Histoire du jour

31 août 2022

Un mari n'est pas autorisé à entrer dans la chambre de sa femme malade, quelques jours plus tard, elle entend sa voix à la radio - Histoire du jour

05 juin 2022

Après le décès de son mari millionnaire, une vieille veuve est obligée de vivre dans une vieille caravane sale - Histoire du jour

28 juin 2022

Un chauffeur de bus scolaire remarque que les enfants se moquent d'un pauvre garçon qui, un jour, n’est pas descendu du bus - Histoire du jour

15 mai 2022