La statue de cire d'Emmanuel Macron dévoilée : qu'est-ce qu'il y a de si mauvais à ce sujet qui fait le buzz sur Internet ?

La statue de cire d'Emmanuel Macron a été dévoilée dans l’émission Sept à Huit diffusée sur TF1 ce dimanche 13 mai. Peu de Twittos sont convaincus par sa ressemblance.

Closer nous parle de la statue de cire du président Macron dévoilée dans un reportage consacré aux ateliers du musée Grévin qui confectionne les statues de cires des personnalités.

Le président français qui a fêté sa première année de présidence la semaine dernière a désormais son double au musée de cire privé parisien, aux côtés de celles d'Angela Merkel, de la reine Elisabeth II, de Donald Trump ou encore de Vladimir Poutine.

Comme il est indiqué dans le reportage, la tête et les mains de la statue sont en cire tandis que le reste du corps est en silicone.

Le musée a expliqué avoir dû travailler à partir des photos et d'un costume du président car celui-ci ne s'est pas déplacé en personne dans les ateliers.

L'équipe des sculpteurs a mis 6 mois pour confectionner ce sosie d’Emmanuel Macron en choisissant une posture bien précise : son double se tient debout, "les bras tendus, accueillant des visiteurs à l'Elysée", explique le journaliste de TF1.

Mais à part la posture qui correspond au chef d’Etat, les internautes ne sont pas convaincus par le reste. Ils se sont même moqués de ce double du président français sur les réseaux sociaux :

"C'est aussi le bas qui ne va pas. Macron a le visage plus en pointe que sur la statue. Mais comme le dit @zwartnwit, la critique est facile, l'art beaucoup, beaucoup, beaucoup moins"

"Bof les oreilles sont pas assez décollés et non pour moi il ressemble pas"

"Ça ne lui ressemble pas, normal étant donné que son visage à été façonné à partir d'une photo et non à partir de son visage. Il n'avait pas le temps à ce moment là, il plantait un saule pleureur avec TRUMP aux USA"

Malgré cette ressemblance relative de la statue avec l'original, en dehors des yeux du président qui doivent encore être modifiés, la version dévoilée est la statue finale, selon Le Parisien. Dans une dizaine de jours, elle rejoindra la salle des chefs d'Etat où les visiteurs du musée pourront la contempler de près.

D'après le directeur général du musée Grévin, Yves Delhommeau interrogé par les journalistes de TF1, les statues des premières dames ne peuvent êtres fabriquées sans leur accord.