Voici l'histoire de Genie, cette fillette séquestrée par son père pendant 13 ans, et qui a choqué les médecins dans les années 70

Il s'agissait d'une véritable enfant sauvage.

L'un des cas les plus représentatifs sur la psychologie infantile est apparu le 4 novembre 1970 lorsque les autorités californiennes ont fait une découverte effrayante, comme l'ont rapporté Rolograma et The Guardian.

Ce jour-là, la police a trouvé une petite fille de 13 ans qui portait encore des couches et ne s'exprimait qu'en émettant des sons gutturaux, qui faisaient penser à un animal. C'est une assistante sociale qui l'a découverte et qui a contacté les autorités. Cette histoire est depuis devenue un cas qui sert d'exemple en psychologie.

La fillette est née en 1957 dans un foyer assez chaotique. Le malheur était le scénario principal de cette famille, la mère était à moitié aveugle et le père était un dépressif violent à cause de la mort de sa mère.

Le couple avait eu d'autres enfants, avant d'avoir cette petite fille qu'ils ont appelé Genie. Les précédents enfants étaient morts, certains à cause de complications au moment de leur naissance, tandis que d'autres avaient perdu la vie en raison de mauvais traitements et de négligence.

Comme Genie ne parlait pas, son père l'a enfermée au sous-sol et l'a isolée de toute sa famille pour éviter qu'elle soit emmenée par les services sociaux.

Elle est restée enfermée pendant presque 13 ans ans et attachée à une chaise percée (le genre de chaises médicalisées avec un trou au milieu de l'assise, et qui servent de toilettes). Parfois, son père l'enfermait dans une cage et il lui était interdit de faire des bruits de quelque sorte que ce soit. Elle n'était que très peu alimentée. Les rares fois où elle pouvait manger, la qualité de la nourriture était horrible. Et comme on peut l'imaginer, elle ne recevait aucune éducation.

Une jour, alors que l'assistante sociale se trouvait chez la famille afin de faire un suivi sur l'état de la mère, elle s'est trompée de chambre, et est entrée par erreur dans celle où se trouvait Genie. En constatant les conditions attroces dans lesquelles vivait la pauvre petite fille, elle a tout de suite appelé la police.

Au début, la police a cru qu'elle était autiste, mais ils se sont vite rendu compte qu'en réalité, Genie ressemblait à un animal sans aucune éducation. Son état de santé était assez critique et ils ont alors décidé d'intervenir.

Cette histoire a commencé par être traitée d'un point de vue psychologique, de par son côté plutôt inédit. Les spécialistes se demandaient s'il était possible pour une fille sauvage d'apprendre à communiquer et à se comporter comme n'importe quel être humain.

Au début, Genie a beaucoup appris, mais son vocabulaire n'a atteint que 20 mots et l'hémisphère gauche de son cerveau ne s'était pas développé à cause de la négligence et des mauvais traitements qu'elle avait connu durant son enfance. Au vu des quelques progrès qu'elle avait fait, sa mère a souhaité la récupérer quand elle avait 18 ans. Mais rapidement dépassée par l'ampleur de la tâche, elle l'a ensuite placée dans un centre spécialisé.

Là, l'assistante sociale qui travaillait avec elle depuis des années a souhaité devenir sa tutrice légale. Cependant, la mère de Genie a jugé qu'elle s'était beaucoup trop attachée à sa fille, et que cela constituait un conflit d'intérêts avec le fait qu'elle travaillait d'un point de vue professionnel avec Genie. Elle a donc réussi à obtenir de la part du tribunal une injonction qui interdisait à cette femme d'avoir quelque contact que ce soit avec la jeune fille. Elle n'avait même pas le droit de lui téléphoner.

Par la suite, sa mère est intervenue à nouveau afin de la récupérer, et la vie de la Genie est redevenue un cauchemar, puisqu'à 21 ans, elle a donc dû retourner vivre dans la même maison où elle avait subi tous ces mauvais traitements quand elle était enfant. Aujourd'hui on sait simplement qu'elle vit dans une maison de soins pour adultes quelque part à Los Angeles, et qu'elle serait âgée de 61 ans.