Une jeune fille a été fiancée à l'âge de 8 ans sans le savoir. Elle a été mariée de force à l'âge de 15 ans et sa vie est devenue un véritable enfer

Naila Amin a été mariée à l'âge de 15 et a été maltraitée par son mari qui était presque deux fois plus âgé qu'elle.

Le Daily Telegraph nous parle de Naila Amin, une jeune femme d'origine pakistanaise qui a été élevée à New York.  À l'âge de huit ans, elle a appris avec horreur que son père avait pris la décision de la fiancer.

Furieuse que ses parents aient pris cette décision pour elle, Amin a commencé à se rebeller contre eux et contre les traditions pakistanaise.

Elle empruntait des vêtements à ses amies et elle se changeait en se rendant à l'école. Elle refusait aussi de porter le voile.

Quand elle a atteint l'âge de 13 ans, elle a été envoyée au Pakistan pour participer à une "nikah", une cérémonie de mariage islamique. Quand elle est rentrée en Amérique, son père a demandé à ce que le mariage soit légalisé et à ce que son mari obtienne un visa.

Amin avait été forcée de signer les documents par son père, mais elle gardait secrètement l'espoir que l'état américain refuserait sa demande en raison de son jeune âge. Malheureusement, cela n'a pas été le cas.

En effet, dans près de 25 États américains, il n'y a pas d'âge minimum requis pour se marier et les mineurs peuvent s'unir s'ils ont l'accord de leurs parents.

Folle de rage, Amin a refusé de se laisser faire et elle a commencé à sortir avec un garçon de son âge. Mais quand son père l'a découvert, il l'a tellement battue que la jeune fille a dû être transférée à l'hôpital.

Quelques jours avant son 15e anniversaire, elle a été envoyée au Pakistan pour y être mariée. La jeune fille était absolument terrifiée et elle n'a pas laissé qui que ce soit l'approcher de la journée, pas même la personne qui était censée la maquiller. 

Au cours de la nuit de noces, elle a placé un oreiller entre elle et son mari pour qu'il ne la touche pas. En effet, elle avait déjà perdu sa virginité avec son petit-ami américain et elle avait peur de la réaction de son mari si elle ne saignait pas la première fois qu'ils auraient un rapport sexuel. Heureusement, elle en était à ses deux derniers jours de menstruation à ce moment-là et cela l'a sauvée.

Mais il s'est avéré que son mari n'avait pas besoin d'excuse pour la battre et la maltraiter. Il la violait régulièrement. Il allait jusqu'à lui dire que même si c'était son corps, elle lui appartenait.

La jeune fille était si désespérée qu'elle a envisagé les pires scénarios. Elle a pensé au suicide et se prenait même à rêver de finir en prison, simplement pour être loin de son mari.

Dix jours à peine après le début de son mariage, Amin ne supportait déjà plus la situation. Elle a tenté de s'enfuir en se rendant à l'ambassade des États-Unis mais son mari l'a rattrapée.

Il l'a ramenée chez eux et il l'a violemment battue avec l'aide de son père. Aujourd'hui encore, Amin garde des traces de ce passage à tabac, notamment un endroit où ses cheveux ne repoussent pas et des cicatrices sur les cuisses.

Elle a raconté: "Il m'a battue devant toute sa famille, ses soeurs, leurs enfants, leurs maris, ma petite sœur, ma mère. Je me souviens que ma mère criait comme si elle était en train d'accoucher ou qu'elle souffrait le martyr."

Cinq mois après le mariage, ses parents sont retournés aux États-Unis. Mais au cours de ces cinq longs mois, Amin n'était pas restée sans rien faire.

Elle avait emprunté son téléphone portable à l'un de ses oncles et avait réussit à contacter son agent de protection de l'enfance à New York.

Quand sa mère et son père sont arrivés à New York, la police les attendait. Ils ont été arrêtés pour kidnapping et les agents des forces de l'ordre leur ont expliqué qu'ils seraient relâchés seulement si le père d'Amin appelait le mari de la jeune fille et lui disait de la ramener immédiatement en Amérique.

Quand l'adolescente est enfin arrivée à New York, près de 20 agents des services sociaux étaient là pour l'accueilir.

Aujourd'hui, Amin est âgée de 28 ans et elle vit avec son petit-ami à Long Island. Elle n'a cependant pas oublié son passé difficile et veut tout faire pour éviter à d'autres personnes de subir la même chose qu'elle.

Elle se bat sans relâche pour mettre fin aux mariages d'enfants. Elle a crée la Fondation Naila Amin qui vient en aide aux victimes de mariages forcés et de mariages d'enfants. 

Amin ne comprends pas comment les États-Unis qui est un pays extrêmement développé, peut permettre à une pratique si archaïque de perdurer.