Cette mère a refusé d'abandonner son fils handicapé et a dû divorcer. 29 ans plus tard, son fils entre à Harvard

Né avec un handicap en Chine centrale, Ding Zheng, diplômé à Pékin, étudie aujourd'hui à l'Université d'Harvard, aux États-Unis.

Lorsque Zheng est né le 18 juillet 1988, le médecin qui l'a mis au monde a suggéré à sa famille qu'il serait préférable de le laisser mourir, car il serait mentalement handicapé ou paralysé, a rapporté la Nouvelle Chine. Ding Zheng est en effet né en suffoquant, une complication respiratoire qui engendre une paralysie cérébrale.

Zou Hongyan était en état de choc.

"Nous devons abandonner ce bébé, il va rendre notre vie misérable", a déclaré son mari. Ses mots "rationnels" ont profondément blessé Zou.

Le quatrième jour après l'accouchement, Zou a réussi à se rendre à l'unité de soins intensifs où son bébé était, seulement pour le trouver particulièrement "calme" après qu'une infirmière lui a injecté des médicaments.

Pour prodiguer les traitements nécessaires à son fils, elle continue de travailler tout en consacrant une partie de son temps à l'emmener dans des établissements de réhabilitation. Elle y apprend à masser ses muscles crispés et prend soin de stimuler les capacités intellectuelles de son fils en utilisant de nombreux puzzles et jeux éducatifs.

Elle a tout sacrifié et a travaillé dur pour lui apprendre des genstes simples, comme manger avec des baguettes. Elle s'assurait également qu'il recevait une alimentation saine, dans l'espoir que cela pourrait également l'aider.

"Je ne voulais pas qu'il se sente honteux à cause de son handicap, explique-t-elle aux médias. Comme il avait d'infimes capacités dans de nombreux domaines, j'ai été stricte et lui ai dit de travailler dur pour apprivoiser ses difficultés."

Après un an de travail acharné, les médecins ont annonncé à Zou que le niveau intellectuel de son fils était celui de n'importe quel enfant de son âge. Il a cependant dû se battre contre des freins physiques toute sa vie.

Leur médecin leur a même dit que l'amélioration intellectuelle miraculeuse de Ding était clairement due aux efforts acharnés de sa mère, car les enfants atteints de sa maladie gardent normalement des séquelles intellectuelles à vie.

À 29 ans, Ding est porteur de multiples handicaps physiques, et doit beaucoup à sa mère. Faisant preuve d'un dévouement sans faille, cette maman déterminée n'a jamais écouté les médecins qui, à la naissance de son fils, lui conseillaient tout simplement de l'abandonner.

Un combat de longue haleine mais victorieux puisque Ding a fini par être accepté au sein de la prestigieuse université de Harvard, après avoir travaillé durant deux ans et suivi des études d'ingénierie et de science environnementale à Pékin. Le jeune homme décrit aujourd'hui sa mère comme son "mentor spirituel"… tout en évoquant la profonde amitié qui les unit.

Les postes connexes
Parentalité Mar 06, 2019
"J'ai offert la mort à mon fils" : une mère avoue un meurtre prémédité après 30 ans
International Feb 19, 2019
La lettre présumée de la mère, qui a sauté d’un pont avec son fils de 10 ans, est dévoilée
People Mar 21, 2019
Cette mère de 6 enfants est restée à vie en fauteuil roulant après avoir été frappée au travail, par un enfant de 5 ans, a-t-on entendu au tribunal
Dec 20, 2018
Une mère et son fils ont disparu. 2 ans plus tard, la police fouille la maison de sa grand-mère et découvrent une pièce secrète