L'avocat de Jonathann Daval révèle les détails d'une affaire sans pareille

L'avocat de Jonathann Daval pense qu'il est normal de voir les affaires être de plus en plus médiatisées.

Pour Randall Schwerdorffer, la justice doit avancer avec son temps et il faudrait que le secret de l'instruction soit retravaillé. D'après cet avocat, une plus grande médiatisation ne pourra qu'aider la justice à mieux fonctionner.

L'affaire Alexia Daval aura démarré il y a de cela plus de 12 mois maintenant et la France entière avait été bouleversée par la disparition de cette jeune femme. Mais l'émotion des Français s'était rapidement muée en colère quand Jonathann Daval, son mari éploré, avait été mis en garde à vue et était en fait le suspect principal de cette affaire.

Me Randall Schwerdorffer, l'avocat du jeune homme savait que la garde à vue de son client serait très médiatisée mais il était persuadé que le public se désintéresserait rapidement de cette histoire.

"Je me suis complètement trompé. Je n'ai pas imaginé que cette affaire prendrait cette ampleur médiatique, qui à un moment nous a complètement dépassé," a-t-il raconté.

"Des affaires comme celle d'Alexia ou de Maelys, c'est nouveau, on ne connaissait pas. J'avais jamais vu une garde à vue suivie minute par minute par 80 journalistes" ajoute l'homme de loi.

Pour lui, une telle médiatisation des affaires criminelles n'est pas surprenante et surtout, il va falloir s'y habituer: "Ça ne va pas s'arrêter. Avec le développement des réseaux sociaux et des chaînes d'information continue, il y en aura d'autres".

C'est d'ailleurs pour cela que l'avocat de Jonathann Daval demande à ce qu'un débat sur l'utilisé du secret de l'instruction est lieu, un système qu'il qualifie de "trop archaïque, plus du tout adapté à notre époque et aux évolutions majeures que sont les réseaux sociaux, les chaînes d'information 24 heures sur 24".

Il sait cependant que ce ne sera pas facile: "On a une justice qui a toujours beaucoup de mal à évoluer, et à vivre avec son temps, avec des magistrats souvent paniqués, réfractaires à l'idée que les choses soient publiques".

Me Randall Schwerdoffer pense qu'il serait bon de mettre en place une chaîne de télévision qui diffuserait les procès publics afin que la population puisse savoir de quelle manière la justice est rendue. 

Il pense notamment que cela permettrait de donner une certaine responsabilité aux juges qui se trompent: "Le seul contrôle du travail de la justice, qui se trompe parfois, c'est l'oeil du public. Et souvent ce qui fait peur à la justice c'est la médiatisation, le regard du public.  Les juges n'ont aucune responsabilité quand ils se trompent, c'est totalement scandaleux. La seule façon de contrôler le travail des juges, c'est la publicité maximale des affaires."

Dans un récent article, nous revenions sur l'année qui s'est écoulée et sur les nombreux rebondissements que l'affaire a connue.

N'hésitez pas à en apprendre plus sur l'affaire Daval en cliquant ici.

Les postes connexes
Dec 28, 2018
L'avocat de Jonathann Daval donne la première réponse aux accusations du beau-frère d'Alexia
Actu France Mar 13, 2019
Affaire Daval : Jonathann Daval change à nouveau la version des faits et admet la "violence volontaire"
Dec 12, 2018
La mère de Jonathann Daval ne pouvait plus voir les mensonges de son fils: elle commente ses aveux
Feb 06, 2019
Pour la première fois, Jonathann Daval avoue les conditions du meurtre de son épouse Alexia