15 novembre 2018

Les parents outrés que leur nouveau-né ait été retiré du respirateur artificiel sans leur consentement

Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Annonces

Le 12 octobre 2012, le couple Sian Hill et James Towers se sont rendus à l'hôpital Darlington Memorial pour donner naissance à leur premier enfant. Hill a finalement été induite à 41 semaines et 5 jours.

Quand leur enfant est né, elle a eu des complications et est morte. L'hôpital n'a pas informé le couple qu'il avait coupé le respirateur artificiel sans leur consentement.

Sian Hill, 26 ans, et James Towers, 29 ans, ont finalement obtenue une réparation à cinq chiffres après une bataille juridique avec l'hôpital Darlington Memorial pendant cinq ans.

Le couple a accusé l'hôpital d'avoir débranché le système de survie de leur petite fille, Ivy, qui est morte d'une défaillance de plusieurs organes.

Annonces

Annonces

En 2012, à plusieurs reprises, Hill a fait part de ses inquiétudes à l'hôpital lorsqu'elle n'a pas pu sentir son bébé bouger pendant de longues périodes. À l'époque, elle avait déjà dépassé les 37 semaines de grossesse.

Pour en savoir plus sur cette histoire, rendez-vous sur notre compte Twitter @amomama_usa. Quand Ivy est finalement née, elle a dû être transportée d'urgence à la réanimation à cause d'un accouchement traumatisant.

Annonces

Hill a expliqué comment ils ont appris que leur bébé était mort:

"Quand ils ont amené Ivy dans la chambre, elle était morte et était dans un panier en osier. Ils ont dit qu'elle était morte quand ils nous l'ont amenée, sans parler d'éteindre quoi que ce soit."

L'hôpital n'a pas informé le couple qu'il avait débranché le système qui gardait le bébé en vie. Quelques mois plus tard, le couple lisait les rapports des pathologistes et ils ont découvert que le personnel avait pris la décision de mettre fin au maintien des fonctions vitales contre leur gré.

Annonces

Le couple a décidé de consulter des avocats spécialisés en négligence médicale Hudgell Solicitors. Ils ont enquêté sur l'affaire et allégué que l'hôpital était également responsable de la mort d'Ivy pour ne pas avoir pris soin de Hill alors qu’elle s’est déjà plainte d’une anomalie à un stade avancé de sa grossesse.

Pour sa part, le County Durham and Darlington NHS Foundation Trust aurait nié toute responsabilité dans la mort du bébé pendant cinq ans. Ils n'ont offert un règlement de deuil et des dommages-intérêts qu'après que l'affaire ait été inscrite sur la liste des causes qui seront jugées en cour en février prochain.

Annonces

Hill avait ceci à dire au sujet du règlement :

"Nous avons été indemnisés, mais ça ne ramène pas notre fille, et ils ne se sont toujours pas excusés."

Leur fille est née avec un poids de 4,8 kg et a souffert d'une infection et elle avait besoin d'être réanimée. Trois heures plus tard, la petite fille était morte quand ses parents l'ont vue.

Depuis, Hill a eu un fils, Freddie, 4 ans.

UN JUGE QUI A DÉCIDÉ DU DESTIN D’UN ENFANT DE 11 MOIS

Dans une affaire similaire, un juge du Royaume-Uni a statué que les médecins pouvaient retirer le maintien en vie d'un garçon de 11 mois gravement handicapé sans le consentement de ses parents.

Annonces

Les médecins du King's College Hospital ont soutenu qu'il n'était pas dans l'intérêt du bébé Isaiah Haastrup de le garder en vie.

Le bébé n'avait pas de battements cardiaques, de respiration, d'activité ou de tonus musculaire audibles à sa naissance. Sa mère, Takesha Thomas, l'a accouché par césarienne d'urgence le 18 février 2017 à l'hôpital.

Elle avait eu une rupture de l'utérus à l'époque. Le père de l'enfant, Lanre Haastrup, s'était opposé au conseil des médecins de débrancher le système de survie d'Isaïe, mais l'hôpital l’a quand même fait.

Annonces