À propos AM

28 novembre 2018

Marseille: un homme de 58 ans, père d'un handicapé, attaqué brutalement à cause d'une place de parking

Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail
Chargement...

Annonces

Le père d’un handicapé a voulu récupérer une place de parking occupée par une voiture non autorisée.

Jeudi 22 novembre, le propriétaire d'un bar qu'il venait de vendre, Thierry, a demandé à un couple dans une clio noire stationnée sur une place pour handicapés de déplacer leur voiture, car ils ne possédaient pas le macaron permettant d'utiliser de telles places de parking.

Chargement...
Chargement...

Annonces

Thierry sait bien qu'il faut un tel macaron pour utiliser ces places, puisque son fils est lui-même handicapé.

L'homme dans la clio lui répond alors qu'il va lui régler son compte, ce qu'il finira par faire, revenant un quart d'heure plus tard sur les lieux avec une troisième personne.

Chargement...

Annonces

L'homme sort de sa voiture avec un couteau et poignarde Thierry dans le thorax, ce qui lui sera fatal. Une des filles de la victime était présente avec lui dans le bar et tentera de lui donner les premiers soins avant l'arrivée des secours.

Chargement...

Annonces

Cela ne sera malheureusement pas suffisant, puisque Thierry décédera peu de temps après son arrivée à l'hôpital. Les trois individus sont désormais en fuite et activement recherchés par la brigade criminelle de la sûreté publique des Bouches du Rhône.

Chargement...

Annonces

Des caméras de surveillance ont pu fournir des images qui sont à présent exploitées et analysées par les enquêteurs.

Chargement...

Annonces

DÉCÉDÉE DE 14 COUPS DE COUTEAU

Dans une histoire similaire, il était en effet peu avant 23 heures quand les résidents du bâtiment 10 du lotissement situé rue Alexandre-Fourny à Champigny entendant un «Au secours! Aidez-moi!» qui retentit. Malheureusement, il était déjà trop tard pour la victime.

Poignardée de 14 coups de couteau, dont deux dans le cœur, la victime de 36 ans est parvenue à sortir de leur appartement du premier étage avant de s’effondrer sur la placette de la résidence où elle ne se relèvera plus.

L’agresseur de cette pauvre mère de famille n’est nul autre que son compagnon. En instance de séparation, ce père de famille, qui aurait déjà été violent avant, s’emporte pour un rien. D’ailleurs, s’il a assassiné sa femme de 14 coups de couteau, ce serait parce que la victime mettait le volume de la télévision trop fort.

Chargement...
Chargement...

Annonces