Une jeune fille indigène s'enfuit pour échapper à la vente pour se marier à l'âge de 12 ans et devient architecte

Une jeune femme indigène de la communauté báchen a décidé de s'enfuir de chez elle afin de réaliser ses rêves.

Maximiliana Sántiz s'est enfuie de la municipalité de San Juan Chamula, dans l'État du Chiapas, où les femmes n'ont pas le droit d'étudier. Leur destin est d'apprendre le fonctionnement de la maison et de travailler au champ et parfois elles sont vendus aux hommes.

Cependant, elle savait ce qu'elle voulait dans la vie. Elle s'est donc fixé des objectifs et a fait face à de grands défis, tels que la critique, la discrimination et même les abus sexuels.

Elle a réalisé il y a quelques jours son rêve le plus désiré: être diplômé de l'Université autonome du Chiapas (UNACH). Maximiliana est devenue architecte et à travers les réseaux sociaux, elle a partagé son histoire.

"Je m'appelle Maximiliana Santiz Pérez, je viens de Báchen, municipalité de Chamula, Chiapas, où j'ai terminé l'école primaire et relevé le premier défi. À la fin de l’école, j’ai eu une dispute avec mon père à propos des vêtements de graduation choisis par mes camarades de classe. "

"Il pensait que c'était insuffisant. Le produit de ce mécontentement m'a privé de la possibilité d'étudier le collège dans une école proche de l'endroit. J'ai supplié mon père, qui n'a jamais doublé sa décision. Je devrais m'occuper des tâches ménagères et du terrain, a-t-il dit, mais j'ai résisté ", a-t-il déclaré.

Au cours de son combat, il s'est rendu à San Cristobal de las Casas, pour travailler et étudier, où il a été victime de discrimination pour ne pas parler l'espagnol et même d'abus sexuel.

"Je devrais m'occuper des travaux ménagers et des champs, mais j'ai résisté."

"Mes camarades de classe se sont moqués de moi et m'ont frappé. Je comprenais à peine ce qu'ils disaient mais je me souviens du mot indien utilisé comme un poignard de haine. J'ai résisté, étudié et appris l'espagnol."

"J'ai fait la plonge, j'ai été une serveuse, une aide de cuisine et une femme de ménage. Rien ne m'a empêché d'aller à l'école, pas même les abus dont j'ai été victime de la part de l'un de mes employeurs ", a-t-elle déclaré.

Après avoir terminé ses études secondaires, elle a déménagé dans la capitale, où elle a pu commencer ses études grâce à un ami. Elle a décidé d'étudier l'architecture, son père exerçant le métier de maçon.

"Dès le début, la carrière en architecture était difficile, car certains collègues et même des enseignants ont utilisé un adjectif pour tenter de me frustrer. Ils m'ont traité de folle, comme avant, les enfants aisés du lycée de San Cristóbal m'appelaient Indienne. "

"Aujourd'hui, après avoir quitté la maison, j'ai terminé ma carrière d'architecte et mes parents se sont rendus pour recevoir mes papiers; plus que jamais, ils croient en moi et dans la possibilité qu’un tout petit être, quel qu’il soit, chaque fois que je travaille dur, je peux changer la dynamique et l’histoire de sa vie et de celle de son peuple ", a-t-elle déclaré.

Son objectif atteint maintenant est un exemple d'égalité des droits. Il est maintenant à la recherche d'une maîtrise à l'étranger. Elle aide ses sœurs à étudier au lycée.

"Aujourd'hui, mon père crie dans la ville et à la campagne, celui qui m'a demandé en tant que femme soumise, que les hommes et les femmes puissent réaliser ce qu'ils veulent. Et cela me remplit de fierté ", a-t-elle déclaré.

Selon l'INEGI, au Chiapas, environ 578 000 femmes autochtones vivent dans environ 65 municipalités des groupes ethniques suivants: Tzotzil, Tzeltal, Chol, Tojolabal, Maya, entre autres.

Les mariages forcés sont malheureusement encore un réel problème à travers le monde. Une vidéo montrant un couple de jeunes gens apparemment dévastés le jour de leur mariage est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Nous vous en disions plus sur le sujet dans un récent article que vous pouvez lire en cliquant ici.

Il s'agit malheureusement d'un mariage forcé entre deux jeunes adultes qui ne semblent pas se connaître et n'ont évidemment donc aucune affection particulière l'un pour l'autre. 

Cela est malheureusement monnaie courante dans le village de Tlacoachistlahuaca au Mexique. Il est important de parler de ce sujet difficile pour que ce genre de pratiques prenne fin.

ⓘ AMOMAMA.FR ne soutient ni ne promeut aucune forme de violence, d'automutilation ou de comportement abusif. Nous sensibilisons les gens sur ces problèmes afin d'aider les victimes potentielles à obtenir des conseils professionnels et d'éviter que quiconque ne soit blessé. AMOMAMA.FR s'élève contre tout ce qui a été mentionné ci-dessus et préconise une discussion saine sur les cas de violence, d'abus, d'inconduite sexuelle, de cruauté envers les animaux, d'abus, etc. qui bénéficient aux victimes. Nous encourageons également chacun à signaler le plus tôt possible tout incident criminel dont il est témoin.

Les postes connexes
Feb 07, 2019
Une jeune fille de 13 ans qui a été retrouvée pendue était 'forcée de laver chaque casserole à la maison'
Jan 14, 2019
La touchante lettre d'un fils dédié à sa mère âgée de 106 ans, racontant sa vie difficile
Dec 11, 2018
Ce père punit sa fille en la forçant à marcher environ 8 kilomètres comme leçon contre l'intimidation
Parentalité Apr 24, 2019
"J'aurais aimé avoir eu un avortement tardif plutôt que de donner naissance à ma fille"