Donges: Un maire courageux sauve les Gilets jaunes en refusant de détruire leurs huttes

Samedi, François Chénau, le maire de Donges a été mis en demeure. On lui avait intimé de prendre les mesures nécessaires face aux cabanes des gilets jaunes.

Il répondu lundi matin qu’il n’allait pas accéder à cette demande.

«Je ne ferai pas détruire les cabanes. Elles ne sont pas sur la route, elles ne dérangent pas. Il n’y a pas urgence.»

Telle est la réponse du maire de Donges. Notons que c’est la deuxième fois en moins d’un mois que l’on demande à François Chéneau de détruire les cabanes des gilets jaunes. Par deux fois, le maire de Donges a répondu par le négatif.

Notons qu’il y a deux cabanes dans la commune de Donges. La première cabane se situe au rond-point des Six Croix. C’est là que les gilets jaunes se relaient le plus souvent.

D’ailleurs, ils sont encore présents sur les lieux et ce lundi 24 décembre, c’est dans une bonne ambiance qu’ils avaient manifesté.

Bien entendu, ils sont plus en colère que jamais d’après la source. Concernant l’autre cabane, elle se situe au centre-ville sur le parking juste à côté de la gare.

Cette route qui mène au-dessus du rond-point menant à la raffinerie.

LE MAIRE A UN ULTIMATUM

En tout, le maire, François Chénau a été tenu d’ôter les cabanes dans un délai de 48 heures. C’est ce samedi 22 décembre qu’il avait reçu la lettre de mise en demeure venant du préfet.

Il avait avoué

«On me demande de prendre toutes les mesures nécessaires sous 48 heures pour faire cesser ces occupations illicites. Ces cabanes n’ont pas d’assainissement et présenteraient un danger, notamment pour la circulation. Mais pourquoi il y aurait urgence après un mois?».

D’ailleurs, c’est dans un courrier que le maire explique son point de vue, le lundi matin du 24 décembre. Notons que François Chénau avait déjà arrêté la démolition de ces cabanes le 10 décembre dernier.

«Depuis, cela devient un point de crispation. Cela ne ferait qu’envenimer les choses et remobiliser encore plus les troupes, comme ce qui se passe ailleurs»

d’après lui.

UN PRETRE SOUTIENT LES GILETS JAUNES POUR NOËL

Outre le maire François Chénau, un prêtre a décidé de chercher un moyen afin de soutenir les gilets jaunes.

Ceci dans le cadre des fêtes ou plus exactement pour Noël.