La femme d'Olivier, le gilet jaune dans le coma : "Je ne pardonne pas cet acte barbare"

Samedi dernier, alors qu’Olivier Béziade participait à la manifestation en tant que gilet jaune, la police lui a tiré un flash-ball en pleine tête.

C’est un acte que Cindy Béziade, la femme d’Olivier ne pardonne pas d’après ses dires.

À la fois disproportionnée et barbare, cette action déployée face aux gilets jaunes samedi avait mis son mari dans le coma.

Les dernières nouvelles viennent directement du compte Facebook de la femme d’Olivier, ce mardi soir, trois jours après la manifestation.

Cindy Béziade à l’AFP

"Il est en réanimation. Il n'est plus dans le coma artificiel, mais il ne se réveille pas de lui-même, c'est très compliqué. Il n'ouvre pas les yeux, il ne parle pas, rien. Il réagit à la stimulation uniquement, il est loin...".

Pourtant, cette manifestation bordelaise avait bien commencé d’après elle.

"On marchait tous dans la rue Sainte-Catherine" ajouté à "C'était bon enfant. Il n'y avait aucune casse. Même les commerçants laissaient leurs affaires à l'extérieur."

Juste avant d’arriver à la place Comédie "on a été gazé" [reçu du gaz lacrymogène, NDLR] par les forces de l'ordre, ce qui "a dispersé tout le monde". Ce qui fait qu’elle perdra son mari.

CE QUI EST ARRIVÉ À OLIVIER BEZIADE

D’après les différentes vidéos ayant enregistré l’incident, les gilets jaunes avaient reculé ou s'étaient enfuis par la rue de la Maison-Daurade.

Parmi les victimes des policiers qui tirent à hauteur de tête, il y a Olivier Béziade qui est alors blessé à l’arrière de la tête.

Il sera secouru par des passants et d’autres manifestants.

"Quand j'ai vu ses chaussures par terre, j'ai compris que c'était lui. Il était là, conscient et dans une mare de sang. Il avait repris connaissance."

Le blessé sera conduit à l’hôpital par le Samu où on lui détectera une hémorragie cérébrale. Il sera alors opéré dans la foulée.

DE NOMBREUSES VICTIMES GILETS JAUNES

Depuis le début des manifestations, de nombreux gilets jaunes ont été victimes de plusieurs situations catastrophiques.

On parle, par exemple, de ce gilet jaune qui a été tué par un camion.