Macron: il y a eu 11 morts durant les manifestations des Gilets jaunes mais aucune d'entre elles à cause de la police

Emmanuel Macron s'est dit affecté par les morts survenues durant les manifestations des Gilets Jaunes.

Cependant, bien qu'il reconnaisse les pertes humaines qui sont survenues, le président de la république nie l'implication de la police dans ces décès, pointant plutôt du doigt la "bêtise humaine".

Au cours d'une conférence de presse donnée au Caire en Égypte en compagnie d'Abdel Fattah al-Sissi, Président de la République arabe d’Égypte, Emmanuel Macron s'est exprimé officiellement.

Des manifestants se mettant à genoux devant les CRS. l Source: Getty Images

Des manifestants se mettant à genoux devant les CRS. l Source: Getty Images

Le président Français est ainsi revenu sur les décès tragiques qui ont marqué l'hexagone et qui sont liés de près ou de loin aux manifestations des Gilets jaunes.

"Je déplore que onze de nos concitoyens français aient perdu la vie durant cette crise (...). Je note qu'ils ont bien souvent perdu la vie en raison de la bêtise humaine mais qu'aucun d'entre eux n'a été la victime des forces de l'ordre"

La police repoussant les gilets jaunes. l Source: Getty Images

La police repoussant les gilets jaunes. l Source: Getty Images

Samedi dernier, une 11e personne a en effet perdu la vie en se rendant à Paris. Il s'agissait d'un homme de 52 ans qui  a malheureusement été emporté par un malaise cardiaque, un décès qui n'est pas directement en lien avec les manifestations.

UNE VIOLENCE POURTANT BIEN PRÉSENTE

Il est pourtant difficile de nier la violence dont peut parfois faire preuve la police. En effet, une dame de 80 ans avait par exemple été blessée au visage lors d'une manifestation à Marseille au mois de novembre dernier.

C'est une bombe lacrymogène qui aurait été à l'origine de sa blessure et malheureusement, elle n'a pas survécu à son opération après avoir été transportée à l'hôpital. 

Cependant, ce décès a été mis sur le dos du "choc opératoire", reléguant ainsi la responsabilité des forces de l'ordre au second plan.

Le peuple descend dans la rue. l Source: Getty Images

Le peuple descend dans la rue. l Source: Getty Images

Malheureusement, comme Emmanuel Macron l'a rappelé au cours de cette conférence de presse, certaines personnes profitent des manifestations pour se déchaîner, causant de grands dégâts matériels mais s'attaquant aussi aux policiers qui se trouvent obligés de répliquer. 

C'est ce qui explique en partie le grand nombre de blessés car les manifestants qui ne demandent que le droit de s'exprimer se retrouvent pris entre deux feux.

Emmanuel Macron parle de ces "individus, des casseurs, des extrémistes (...) ont parfois commis le pire, des exactions consistant à saccager des commerces, des bâtiment publics, ou à mener des actes de violence à l'égard des forces de l'ordre ou d'autres personnes".

DES ENQUÊTES OUVERTES

Malgré tout, bien qu'il tente de minimiser la situation, des enquêtes ont bien été ouvertes pour violence policière envers la population.

Au nombre de 48, ces enquêtes détermineront si dans certains cas la violence exercée par les forces de l'ordre a été abusive ou non. Il faut dire que les manifestations des gilets jaunes, véritable mouvement national qui secoue la France, ont démarré le 17 novembre dernier. 

Les postes connexes
Macron Mar 29, 2019
Emmanuel Macron est franc avec les enfants au sujet des Gilets jaunes : "Il n'y a aucune cause qui justifie ça"
Gilets jaunes Mar 17, 2019
Gilets jaunes : les dégâts lourds de l'Acte XVIII à Paris, 11 blessés, le Fouquet's incendié
Macron Feb 27, 2019
Macron : "Lorsqu'on va le samedi dans des manifestations violentes, on est complice du pire"
Macron Mar 25, 2019
Emmanuel Macron blâme une femme blessée lors d'une manifestation : "Elle est allée à l'endroit interdit"