Affaire Grégory : reconnaît l'illégalité des accusations portées contre Murielle Bolle après 35 ans de procès

L’affaire Grégory a pris une tout autre tournure. On parle notamment d’une garde à vue non conforme à la Constitution.

L'affaire Grégory est une affaire criminelle française qui porte sur le meurtre sordide d’un petit garçon, habitant Lépanges-sur-Vologne, dénommé Grégory Villemin.

Ce cas est considéré comme exceptionnel dans l'histoire judiciaire française en raison de sa longévité, de son contexte, du profil de la victime, et du caractère énigmatique du mobile.

Plusieurs suppositions laissaient entendre que, le meurtre aurait été commis par une ou plusieurs personnes de son entourage familial. L’affaire avait débuté le 16 octobre 1984.

Entre temps, les enquêteurs pensaient avoir trouvé le parfait suspect en la personne de Murielle Bolle.

Cette dernière a donc été mise en garde à vue. Murielle Bolle, alors âgée de 15 ans à l'époque va livrer aux gendarmes un témoignage déterminant. Lors de ses auditions, elle va affirmer que l’unique responsable était son beau-frère, Bernard Laroche.

Mais au fil du temps, elle reviendra sur ses propos et sèmera le doute sur ce qui s’est réellement passé.

En effet, contre toute attente, la jeune fille fait volte-face et déclare avoir été victime de contrainte de la part des enquêteurs.

"j'avais tellement peur, j'avais 15 ans et peur des gendarmes, je voulais juste rentrer chez moi et après j'ai répondu 'oui' à toutes leurs questions."

UNE DÉCISION QUI POURRAIT TOUT CHANGER

Plus de trente ans après, l’affaire connaît à nouveau un rebondissement.

Ce mardi 19 février, la Cour de cassation a rendu un arrêt important dans l'affaire Grégory portant sur la validité de la garde à vue en 1984 de Murielle Bolle.

En effet, les avocats de Murielle Bolle ont adressé une requête portant sur l’annulation de la garde à vue. Les arguments exposés par la défense repose essentiellement sur un vice de procédure.

Cette dernière estime qu’à cette époque, les droits de l'adolescente de 15 ans n'avaient pas été respectés : ni avocat, ni notification de ses droits.

La Cour de cassation doit ainsi décider de rejeter ou d'accéder au pourvoi de la défense concernant la décision de la cour d'appel de Dijon de mai 2018.

"C'est une étape importante mais le processus est encore long. Il faudra encore quelques mois pour terminer le toilettage de cette affaire."

a indiqué Me Teissonnière.

Il a ajouté par la suite :

"La Cour de cassation doit désormais tirer les leçons de la décision du Conseil constitutionnel sur le plan judiciaire. La conséquence de cette décision est l'annulation de la garde à vue de ma cliente."

Une décision qui pourrait enfin permettre à Murielle Bolle de tourner la page.

En effet, depuis son incarcération, Michelle Bolle, n’a plus eu la possibilité de mener une vie normale.

Entre tourment, regret, et le fait subir le regard méprisant des gens, elle n’a eu qu’une seule échappatoire durant cette période sombre de sa vie. Cette échappatoire porte le nom de Johnny Hallyday.

Les postes connexes
People Feb 22, 2019
Le père de Fiona est en rage après la libération de Cécile Bourgeon : "J'ai peur pour toute ma famille"
Dec 28, 2018
Affaire sur Daval: Grégory Gay dépose une nouvelle plainte contre Jonathann Daval
Dec 13, 2018
Comment les parents ont gagné un procès pour expulser leur fils de 30 ans sans emploi de leur maison
Actu France Feb 20, 2019
Affaire Fiona : Le double visage de Cécile, sa mère de 33 ans