Les chômeurs qui reçoivent une allocation supérieure à leur ancien salaire

La ministre du travail, Muriel Pénicaud, affirme qu'un chômeur sur cinq toucherait plus en étant au chômage qu'en travaillant. Mais cela concerne certains cas en particulier.

Lors d'une conférence de presse consacrée à la réforme de l'assurance chômage, Muriel Pénicaud a affirmé que ce cas concernait "un demandeur d'emploi sur cinq", soit entre 600 000 et 800 000 personnes.

Si on s'étonne de ce qui est avancé par la ministre, c'est car l'assurance chômage reverse un montant qui représente 60% de l'ancien salaire brut. Ceux qui touchaient un salaire très faible touchent 75%, les plus aisés avaient quant à eux droit à 57%.

Si cela est possible, c'est que le calcul de l'indemnisation se base sur le nombre de jours travaillés pour établir un salaire de référence. Il prend en compte le total des revenus perçus lors des douze derniers mois, divisé par le nombre de jours travaillés.

Cela veut donc dire qu'un chômeur ayant enchaîné 6 contrats de quinze jours lors des 6 derniers mois sera mieux indemnisé qu'un autre chômeur ayant travaillé sous un contrat de 6 mois à mi-temps.

"La règle actuelle appliquée au cas des personnes qui ont des parcours professionnels fractionnés est le résultat d'un arbitrage entre allocation mensuelle plus élevée mais sur une durée plus courte", peut on lire dans les "Echos".

La réforme de l'assurance chômage devrait revoir cet aspect des choses, afin de rétablir une sorte d'équité et inciter les gens à ne plus accumuler les contrats courts, que le gouvernement déteste.

UNE BAISSE SIGNIFICATIVE DE CE QUE TOUCHENT LES FRANÇAIS

Selon une étude effectuée par le Centre de Politique Européenne, chaque Français aurait perdu 56 000 euros sur la période 1999-2017 tandis que pour les Allemands et Hollandais, on aurait vu une hausse de 23 116 et 21 003 euros respectivement. Cliquez ICI pour en savoir plus.