Julie, 35 ans, tuée par son ex-conjoint à L'Île-Rousse : ''Elle essayait de vivre normalement''

Julie Douib, âgée de 35 ans, a été tuée par son ex-compagnon dans une résidence en Haute-Corse dimanche dernier. Le quadragénaire a été interpellé.

En 2018, le taux de féminicide n'a cessé d'augmenter. Selon les communiqués du ministère de l'Intérieur, 130 femmes ont été tuées à cause des violences physiques exercées par leur compagnon en 2017, contre 123 en 2016.

Parmi ces 130 femmes, 109 menaient une vie stable avec leur agresseur, et les 21 restantes ont été victimes au cours d'une relation périodique. Un taux déjà écœurant, sans compter le nombre d'enfants victimes de violences conjugales.

Ce dimanche 3 mars dernier, un cas de féminicide a eu lieu à L'Île de Rousse, en Corse. Julie Douib, âgée de 35 ans, a été tuée par son ex-compagnon. Corse Matin nous fait part de la tragédie.

"Manifestement, ce serait le compagnon de la victime qui lui aurait tiré dessus à deux reprises. Il s'est présenté dans la foulée aux services de gendarmerie pour se constituer prisonnier",

a déclaré la procureure de la République de Bastia, Caroline Tharot.

UNE MORT PRÉVISIBLE

Le meurtrier a été placé en garde à vue. Au vu de la situation, la brigade de recherches de Calvi a ouvert une enquête pour homicide volontaire sur ex-conjoint. Plusieurs témoins des violences conjugales que vivaient Julie se sont exprimés.

"Elle essayait de vivre normalement, de sortir, de dîner chez des amis. Mais nous n'avions pas la même vie, elle était constamment traquée par son ex",

a témoigné une des amies de la victime.

D'autres proches de la victime ont aussi expliqué que Julie vivait un enfer avec cet homme. Et que ce n'était pas la première fois que celui-ci lui infligeait des horreurs.

"Son ex-conjoint est un homme sombre, solitaire, un pervers narcissique qui l'empêchait même de travailler",

a expliqué un des témoins sur Corse Matin.

Pour les proches de Julie Douib, son décès était "prévisible". Le week-end prochain, une marche blanche aura lieu pour lui rendre

 hommage.

Le meurtrier de Julie a avoué avoir blessé mortellement son-ex conjointe avec des balles. Sa garde à vue a été prolongée de 24 heures. Le quadragénaire est encore entre les mains des enquêteurs de la brigade de recherches de Calvi.

UN AUTRE CAS TRAGIQUE

Plusieurs femmes souffrent aujourd'hui de violences conjugales mais préfèrent se taire pour différentes raisons. Le décès de Julie Douib nous rappelle l'incident qui a eu lieu le mois de novembre de l'année dernière.

Une femme de 34 ans a été assassinée en pleine rue à Besançon.Son mari s'est enfuit après le drame.

ⓘ AMOMAMA.FR ne soutient ni ne promeut aucune forme de violence, d'automutilation ou de comportement abusif. Nous sensibilisons les gens sur ces problèmes afin d'aider les victimes potentielles à obtenir des conseils professionnels et d'éviter que quiconque ne soit blessé. AMOMAMA.FR s'élève contre tout ce qui a été mentionné ci-dessus et préconise une discussion saine sur les cas de violence, d'abus, d'inconduite sexuelle, de cruauté envers les animaux, d'abus, etc. qui bénéficient aux victimes. Nous encourageons également chacun à signaler le plus tôt possible tout incident criminel dont il est témoin.