Le Parisien : Castaner sait qu'il n'a plus droit à l'erreur, le dernier avertissement de Macron

Christophe Castaner dans une position très fragile suite à ses incartades en boîte de nuit une semaine plus tôt et aux violences de ce samedi à Paris. Il n'a plus droit à l’erreur.

Ce samedi à Paris, la manifestation des Gilets jaunes a enregistré un regain de violence. En effet, de nombreux actes de pillages et des tentatives d’incendie de plusieurs commerces ont marqué la protestation des Gilets Jaunes sur l’avenue des Champs-Élysées.

Des scènes chaotiques montrant des casseurs sortant de boutiques les mains chargées, presque tous les kiosques à journaux en flammes, des barricades enflammées, des barrières de chantiers, des panneaux au milieu de la chaussée, entre autres…

Deux heures seulement depuis que les manifestants aient commencé à scander des slogans anticapitalistes, accompagnés parfois d’insultes envers Emmanuel Macron ou Christophe Castaner ; et le moins que l'on puisse dire c'est que la violence a caractérisé l’Acte XVIII des Gilets jaunes ce samedi.

Une remontée en violence qui n'a pas du tout plu au chef de l'exécutif. Qui pis est, ce dernier a été au courant des écarts de conduite du ministre de l’Intérieur qui ont eu lieu une semaine plus tôt, soit la nuit du 9 au 10 mars dernier, et cela n'a pas rendu les choses faciles pour Castaner.

CASTANER CHAPITRÉ PAR LE PRÉSIDENT

Tout cela aura suffi pour lui valoir un veritable passage à savon de la part du président, et ce, à juste titre, selon des informations recueillies auprès d'une source proche de l’exécutif.

Un remontage de bretelles d'une telle sévérité que Christophe Castaner a failli se faire démettre de sa fonction et a reçu un avertissement du chef de l'État, savoir qu'il sera éjecté à la prochaine bévue.

Cependant, si Castaner est encore retenu au sein de l'équipe Macron, c'est en partie pour éviter une éventuelle crise politique qui pourrait faire suite au changement du ministre car, l’exécutif reconnaît les "dysfonctionnements opérationnels" qu'il a imputés au préfet de police Michel Delpuech.

"Ils vont protéger Casta. En temps normal, sous la Ve République, les deux ministres, lui et Laurent Nunez, auraient été démissionnés",

précise la source.

SOUTENU PAR SES PROCHES

Mais, au milieu de tout ce brouhaha politique, et alors que l'exécutif s'attende à ce que le "premier flic de France" priorise la gestion de l’ordre public, Christophe Castaner reçoit tout de même le soutien de proches qui pensent qu'il "tient la route", et qu'il n'a pas démérité ayant "vécu en quatre mois ce que d’autres ont vécu en quatre ans".

Quant à la publication de ses fredaines dans la presse people, un ami politique juge que "ce n’est pas pire que d’aller au ski…", faisant allusion au séjour écourté d’Emmanuel Macron dans les Hautes-Pyrénées. Une chose est certaine, Castaner sait désormais qu’il n’a plus droit à l’erreur.

MAXIME NICOLLE RÉPOND AUX ACCUSATIONS DE CHRISTOPHE CASTANER

La manifestation des Gilets Jaunes de samedi dernier a été un coup dur pour les parisiens et la France. Et face au bilan considérable des pertes matériels au lendemain des affrontements, Emmanuel Macron a demandé des "décisions fortes" à son premier ministre Édouard Philippe et son ministre de l'intérieur Christophe Castaner.

Invité sur le plateau du journal de LCI lundi 18 mars, le ministre de l'intérieur de la France est revenu sur les évènements de la semaine dernière, sur les casses durant la manifestation des Gilets Jaunes en pointant notamment du doigt deux leaders des Gilets Jaunes _ Éric Drouet et Maxime Nicolle _ une vidéo également partagée sur son compte twitter.

Suite aux déclarations du ministre de l'intérieur, Maxime Nicole a fait un post sur Facebook dans lequel il renvoie la balle dans le camp du gouvernement et sa politique.

"Il apparait aussi clairement que les citoyens n'auraient aucunes raisons de sortir dans la rue si votre politique était pensée pour l'humain et non pour la finance ! Toute cette casse et ce déchainement des colères auraient pu être largement évités !!"

a-t-il écrit.

Les postes connexes
Macron Mar 20, 2019
Emmanuel Macron a "haussé le ton" lors d'une réunion de crise au ministère de l'Intérieur
Gilets jaunes Mar 20, 2019
Christophe Castaner a annoncé la poursuite en justice de deux dirigeants des "gilets jaunes", l'un d'eux a répondu
Macron Mar 18, 2019
Emmanuel Macron : Il décide d'écourter son séjour aux Pyrénées suite aux violences des Gilets jaunes
Actualités Mar 23, 2019
Voici: pour Castaner, cette nuit scandaleuse en boîte n'était pas son premier dérapage