Bernard Tapie explose de colère pendant le procès après le témoignage de son ex-ami

La colère de Bernard Tapie est montée quand il s'est retrouvé face à face avec l'ancien PDG du crédit Lyonnais, le onzième jour du procès. L'ancien PDG a accusé Bernard Tapie de lui avoir dépouiller au cours de la revente d'Adidas. Cette affaire d'arbitrage faisant le sujet de dispute entre les hommes a commencé en 2008.

Epoux de Dominique Tapie et père de Sophie Tapie, Bernard Tapie, l'ancien patron de l'Olympique de Marseille est jugé au tribunal correctionnel pour escroquerie.

Mercredi soir, Peyrelevade, à la tête de l'ex-banque publique entre 1993 et 2003, et Bernard Tapie se retrouvaient au tribunal depuis deux heures. Envahis par la haine, Bernard se lève pour poser une question à Peyrelevade.

"Je vous ai fait gagner beaucoup plus",

dit Bernard Tapie.

Appelé à la barre, Bernard Tapie a dit qu'il ne répondrait pas à quelqu'un l'accusant d'être un escroc dans le litige qui les rivalisent par la suite de la revente du fabricant d'équipement d'Adidas, il y a vingt ans de cela.

Une revente, dans laquelle l'homme d'affaire est suspecté de truquage, lui avait alloué  403 millions d'euros en 2008 dont 45 millions d'euros en tant que préjudice morale. Presque en larme, Bernard Tapie déclare :

"Je vous ai fait gagner avec Adidas beaucoup plus que toutes les dettes que j'avais. Ça ne vous a pas empêcher de mettre mon nom au poubelle"

en faisant référence à une campagne publicitaire du Crédit Lyonnais en 1994.

" Vous avez fait ça pour me tuer ?"

interroge Bernard.

"Est ce que vous n'avez pas honte ? Vous avez fait ça pour m'insulter, pour me tuer. Vous êtes le premier responsable de ce qui m'arrive",

a dit Bernard Tapie, terminant ensuite sa phrase par "salopard, pourriture". Bernard Tapie âgé de 76 ans et atteinte d'un double cancer, il est contraint d'arrêter son traitement durant le procès.  

Selon Bernard Tapie, homme d'affaire et ex ministre du gouvernement Bérégovoy, le Crédit Lyonnais veut lui voler en augmentant la valeur de la revente d'Adidas à l'industriel Robert-Louis Dreyfus, d'une manière bien louche.

Jean Peyrelevade maintient la version que Bernard Tapie était d'accord sur la vente au moment où l'entreprise ne pouvait plus faire face à ses dettes.  

D'après Jean Peyrelevade, actuellement en conseil d'investissement :

"Il y a deux visions: l'une rose, merveilleuse et une autre, la mienne, qui est que quand je suis arrivé Adidas fuyait de tous les côtés.

Tout le reste, c'est de la décoration, (...) des fake news fabriquées par Bernard Tapie"

L'ERREUR RÉVÉLATEUR

Plus tôt dans la journéee entre en scène Benoît Bartherotte, un ancien ami de Bernard Tapie, il est tout d'un coup devenu silencieux.

Cet homme, ex-homme d'affaire et constructeur de digues dans la région bordelaise, demandé par l'accusation, est monté à la barre. L'homme est venu faire des déclarations faites en 2013 au quotidien régional Sud-Ouest sur la joie de son ami, alors âgé de 20 ans, quand Nicolas Sarkozy a remporté le présidentielle.

"Le lendemain de l'élection où Bernard Tapie était opposé à Ségolène Royal...",

évoque Benoît Bartherotte avant de faire une pause.

"Ben non, je suis bête : Nicolas Sarkozy !",

dit-il suite à cette erreur qui révèle que Tapie était dans le camp de Sarkozy.

"Quand je l'ai appelé, il m'a tout de suite dit : 'Tu m'as vu hier sur les plateaux ?'. Il exultait et il avait raison.

Il insistait sur l'intensité de leurs relations et sur le fait que son affaire allait être réglée plus vite",

affirme Benoît Bartherotte en assurant qu'il n'est pas là pour humilier Bernard Tapie, alors que celui-ci fait comme si de rien n'était.

QUATRE SEMAINES DE PROCÈS

Jugé depuis le 11 mars, Bernard Tapie est accusé d'escroquerie et de détournement de fonds publics avec 5 autres prévenus. Cependant, il est encore blâmé de forcer ses connaissances à l'Élysée afin qu'il ait un arbitrage privé.

Il est aussi blâmé de s'être assuré du favoritisme de l'un des trois arbitres, des accusations qu'il nie. Le procès continue jusqu'au 5 avril, mais, la sentence a été interdit au civil pour fraude.

L'état de santé de Bernard Tapie est préoccupant. À 75 ans, l'homme est atteint d'un cancer de l'estomac. Bernard Tapie ne s'avouera pas vaincu contre sa maladie, il choisit de se battre car il a des objectifs. À travers cette période difficile, Bernard Tapie peut absolument compter sur le soutien de sa famille.

Les postes connexes
Politique Mar 04, 2019
Bernard Tapie a décidé d'arrêter le traitement du double cancer, malgré de terribles douleurs à l'estomac
People Apr 03, 2019
5 ans de prison pour Bernard Tapie, souffrant de cancer : Anthony Delon est en fureur
Jan 12, 2019
Bernard Tapie se réjouit du procès à venir: il explique sa réaction inattendue
Jan 25, 2019
Bernard Tapie est "victime d'un gros coup de fatigue" un jour avant ses 76 ans