La disparition (France 2) : elle s’inspire d’un fameux faits-divers

A l'occasion de la rediffusion du téléfilm La Disparition sur France 2, Amomama vous propose de faire un retour sur l'affaire Viguier, l'histoire vraie qui l'a inspiré.

Ce mercredi 3 avril, à 21.00 France 2 rediffuse le téléfilm La Disparition. Ce film est une fiction inspirée de l'affaire Viguier et réalisée par le documentariste oscarisé Jean-Xavier de Lestrade, un passionné de faits divers.

Pour faire la narration en images de ce drame, le cinéaste a choisi Thierry Goddard pour incarner Bruno Gaillon qui a été accusé, notamment par l'amant de sa femme, du meurtre de son épouse Betty Gaillon (interprétée par Géraldine Pailhas) disparue dans des circonstances incertaines. Une fiction qui relate l'affaire Suzanne Viguier, en modifiant les noms des personnages et qui a reçu les sacres de Fipa d'or du meilleur scénario au Festival international des programmes audiovisuels et Polar du meilleur film unitaire francophone de télévision Festival de de Cognac.

LA DISPARITION DE SUZANNE VIGUIER

Née le 27 novembre 1961 à Aurillac, Suzanne Viguier était une chorégraphe et une mère de famille de 38 ans, qui avait trois enfants, âgés de 11 à huit ans lorsqu'elle a disparu de manière mystérieuse à Toulouse le 27 février 2000, après avoir accompagné Olivier Durandet, un ami (qui affirmera ensuite être son amant), à un tournoi de carte. Son mari, Jacques Viguier, professeur de droit à l'université Toulouse 1 Capitole, attendra jusqu'au 1er mars pour alerter la police, soit trois jours après sa disparition.

Si Jacques et Suzanne étaient mariés depuis onze ans, les relations au sein de leur couple détérioraient en permanence, notamment en raison des aventures qu'entretenaient Jacques Viguier avec certaines de ses étudiantes. Ayant par conséquent fait chambre à part, Suzanne songeait au divorce. Le soir de sa disparition, Olivier Durandet, aurait déposé Suzanne à 4 h 30 du matin devant chez elle, d'après ses déclarations, après la compétition de tarot. Un fait validé par Jacques Viguier qui raconte avoir entendu sa femme rentrer.

JACQUES VIGUIER SUSPECTÉ

Alors que le 1er mars 2000, Jacques Viguier s'est rendu au poste de police pour faire une déclaration signalant la disparition de sa femme, Olivier Durandet a aussi prévenu les forces de l'ordre de son côté. Ensuite, le 8 mars, l'amant de Suzanne obtient un accord tacite d'un haut-gradé de la police et est entré par effraction dans la maison de Jacques Viguier, après une plainte déposée contre X au commissariat central de Toulouse pour "enlèvement et séquestration" de ce dernier.

Après perquisition de la demeure des Viguier par la police et la découverte d'éléments estimés contradictoires avec les déclarations de Jacques, les enquêteurs ont réalisé que le matelas sur lequel Suzanne avait supposément passé la nuit, a disparu. Ce que Jacques a justifié en expliquant aux agents de l'ordre qu'il l'a jeté dans une déchèterie du quartier avant de changer à plusieurs reprises sa version sur la raison qui l'a incité à jeter le matelas.

Photo de noces de Jacques et Suzanne Viguier. | Youtube/Faites entrer l'accusé

Photo de noces de Jacques et Suzanne Viguier. | Youtube/Faites entrer l'accusé

Ensuite, des traces de sang de quelques millimètres ont été découverts par les enquêteurs dans les escaliers et dans la salle de bain. Très anxieux en ce moment-là, Jacques Viguier a ensuite été placé en garde à vue sous la demande du commissaire à la juge d'instruction, et une fois les constatations terminées. C'est là d’ailleurs qu'il confiera avoir découvert qu'Olivier Durandet se disait l'amant de Suzanne.

Mis en examen le 11 mai 2000, Jacques Viguier sera placé durant neuf mois en préventive. Et, tandis qu'il n'a jamais cessé se dire innocent, et qu'il a reçu le soutien de ses enfants et de sa belle-mère avec qui il avait eu une liaison avant son mariage avec Suzanne, Olivier Durandet, Hélène et Carole, les deux sœurs de la victime, sont certains de la culpabilité de celui qui est respectivement leur rival et beau-frère.

ACQUITTÉ 10 ANS PLUS TARD ENVIRON

Après environ 10 ans d'enquête, le corps de Suzanne ne sera jamais retrouvé. En mars 2010, Jacques Viguier sera défendu par Éric Dupont-Moretti, qui aura fait une brillante plaidoirie pour permettre à son client d'être acquitté définitivement, en appel d'un procès largement médiatisé qui fera état non seulement des doutes sur le caractère de Jacques Viguier mais montrera également les failles de l'enquête policière.

Selon Éric Dupont-Moretti, l'absence de preuve contre son client était la raison même pour laquelle le doute devait profiter à l'accuse. Ayant déjà été innocenté par un premier verdict en avril 2009, Jacques Viguier a déclaré aux jurés a l'issue de son deuxième acquittement :

Photo close-up de Jacques BViguier, extraite d'un journal. | Youtube/Faites entrer l'accusé

Photo close-up de Jacques BViguier, extraite d'un journal. | Youtube/Faites entrer l'accusé

"Je viens de vivre 10 ans d'horreur et de chemin de croix. J'espère que ces débats qui ont été longs et douloureux pour moi vous auront prouvé mon innocence. Faites que mon univers ne s'effondre pas, rendez-moi ma dignité d'homme pour les enfants et pour Suzy."

Demeurant toujours un mystère en 2019, l'affaire Suzanne Viguier a inspiré Jean-Xavier de Lestrade dans la réalisation de sa fiction, intitulée La disparition, sortie en salles depuis le 6 février 2019, rediffusée ce mercredi 3 avril au soir sur France 2 et dans lequel Olivier Gourmet joue avec conviction le rôle d’Éric Dupont-Moretti.

Les postes connexes
Feb 01, 2019
La disparition inexpliquée de Martine Escdeillas en 1986: le suspect avoue
Feb 09, 2019
"Nous voulons juste savoir s'il va bien." 6 mois après la disparition de leur fils, Régine et Luc espèrent toujours un signe
Relation Mar 22, 2019
Françoise Hardy et Jacques Dutronc : l'histoire d'amour qui n'a toujours pas pris fin
Actu France Mar 20, 2019
Disparition de Christine, 36 ans, mère d'un nourrisson : le corps est retrouvé