Jean-Louis Trintignant, affecté par le cancer, offre des nouvelles inconfortables sur sa santé

Jean-Louis Trintignant a répondu aux questions de la journaliste qui l'interrogeait par téléphone en lui donnant des nouvelles peu réconfortantes sur son état de santé.

Lors du numéro de l'émission de France 2, intitulé Stupéfiant, qui tournait autour du thème du cinéma diffusée ce lundi soir, Léa Salamé a interviewé Jean-Louis Trintignant.

Mais, tandis que l'émission avait reçu Léa Drucker et Alex Lutz, (les 2 acteurs qui ont remporté le César du/de la meilleur(e) acteur/actrice de l'année) pour  les interroger dans le cadre de la soixante-douzième édition du Festival de Cannes, qui débutera le 14 mai prochain, l'animatrice et son équipe semblent s'être contentés d'une entrevue au téléphone avec celui qui se bat contre un cancer de la prostate depuis de longs mois.

Jean-Louis Trintignant bouleversant chez Delahousse. | Youtube/Actu Médias

Jean-Louis Trintignant bouleversant chez Delahousse. | Youtube/Actu Médias

"PAS TERRIBLE"

Un évènement rare dans le monde des interviews et qui fait beaucoup de lumières sur cette méthode choisie par Léa Salamé. Car, l'acteur a, depuis juillet dernier, mis une halte à sa carrière pour prendre soin de lui-même loin des agitations de Paris. Et ce, en raison de son cancer qui le ronge.

"Vous êtes à Uzès chez vous, entre les vignes et les oliviers. Comment allez-vous d'abord ?",

lui a demandé la journaliste. Ce à quoi Jean-Louis Trintignant a donné une très franche réponse :

"Pas terrible. Enfin, ça va quoi."

Une réponse assez ordinaire mais qui en dit long sur l'état de santé de celui qui avait annoncé refuser de suivre un traitement contre son cancer il y a quelques mois.

PLUS D’INTÉRÊT, À VIVRE SANS SA FILLE

"Je ne me bats pas, je laisse faire. Je ne fais pas de chimio, même si j'y étais prêt",

déclarait le comédien à Nice-Matin avant de préciser dans Entrée libre le 11 décembre dernier que les raisons pour lesquelles il a décidé de baisser les bras face à la maladie sont dues au fait qu'il ne se sent plus vraiment intéressé de vivre sans sa fille, Marie Trintignant, tuée par les coups de son compagnon Bertrand Cantat en 2003.

On peut donc comprendre pourquoi il avait expliqué dans les colonnes de Première qu'il signe "Jean-Louis Trintignant' et précise en dessous à la fin de sa vie" lorsqu'il doit signer des autographes, lui n'ayant plus peur du cancer maintenant qu'il en souffre et ne prenant plus gout à la vie depuis le départ de Marie, sa fille.

"Ça ne se guérit pas. Depuis quinze ans, ça m'a complètement abattu. Je suis mort il y a quinze ans, avec elle",

disait l'acteur-réalisateur au micro de Claire Chazal dans Entrée libre sur France 5.

ⓘ Les informations délivrées dans cet article ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis, diagnostic ou traitement médical professionnel. Tout le contenu, y compris le texte et les images contenues sur, ou disponibles à travers ce AMOMAMA.FR sont fournis à titre informatif. Le AMOMAMA.FR ne saurait être tenu responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations à la suite de la lecture de cet article. Avant de commencer un traitement quelconque, veuillez consulter votre fournisseur de soins de santé.