Dalila, 50 ans, tuée par son mari dans le Var juste avant l'arrivée de la police : Son appel inquiétant

Pour le meilleur et pour le pire ou encore jusqu'à ce que la mort nous sépare. Des mots que beaucoup de mariés ou couples se disent quand ils décident de vivre l'un pour l'autre.

Pour certains couples, le meilleur semble faire partie du passé depuis longtemps et que des fois, malheureusement, la mort est attendue ou même provoquée.

Une terrible scène s'est déroulée, à Vidauban, dans la nuit du samedi 6 avril. Un couple s'est disputé  dans la soirée du drame et l'histoire se termine par le décès de la femme, Dalila G. La femme était âgée de 50 ans. La dispute a déjà commencé depuis quelques jours avant l'incident.

En effet, il y a quelques semaines, elle et son mari, âgé de 51 ans, sont entrés dans une violente dispute. Après la déposition de la plainte de Dalila G, le mari s'est vu interdit d'approcher sa femme.

Malgré l'interdiction qu'il a reçue des autorités compétentes, le mari a décidé de ne pas prendre en considération.

Le samedi 6 avril 2019, il est donc allé voir sa femme et sans surprise, une dispute a éclaté. Les échanges ont été si violentes que Dalila G a décidé d'appeler la police.

Avant l'arrivée de la brigade territoriale, la femme est allée chez ses voisins pour se réfugier tandis que le mari semble avoir quitté le périmètre.

Un gendarme a alors conseillé Dalila G de ne pas rentrer chez elle pour le moment, de dormir ailleurs, chez sa famille par exemple. La femme a accepté de suivre le conseil des gendarmes et ces derniers sont partis.

Avant d'aller quelque part, Dalila a décidé de récupérer quelques affaires dans sa maison. Une fois les affaires emballées, Dalila allait rejoindre sa voiture pour partir.

Juste au moment de partir, son mari lui a bloqué la route et la dispute a repris jusqu'à ce que le mari lui tire dessus. Selon les dires des témoins, le mari aurait tiré à sept reprises sur la femme.

Arrivée sur les lieux, la brigade de la gendarmerie retrouve le corps de Dalila sans vie. Morte sur le coup, les secours n'ont rien pu faire.

Le lundi 8 avril, aux Arc, le mari a été interpellé par les force de l'ordre.

Si les disputes conjugales qui finissent par des meurtres font déjà froid dans le dos, les parents qui commettent des homicides sur leurs enfants donnent carrément la chair de poule. "J'ai offert la mort à mon fils" : une mère avoue un meurtre prémédité après 30 ans