Marseille : une femme se plaint du vol de la sépulture de sa grand-mère dans un cimetière

Les problèmes sont du domaine du vivant... Un argument qui semblait tenir la route jusqu'à aujourd'hui. Une femme a découvert que la stèle d'un des membres de sa famille avait disparu.

Ce 31 mars 2019, c'est avec stupeur qu'Isabelle, une soixantenaire, a constaté que la stèle sur la tombe de sa grand-mère avait disparu.

Le monument érigé à la mémoire de cette femme décédée n'était sur place.

"Régulièrement, je viens y déposer des fleurs. La dernière fois que je m'y étais rendue, c'était pour la Toussaint de l'année 2018. Tout était alors normal",

a confié la retraitée de 60 ans.

Il ne lui a pas fallu longtemps pour aller déposer une plainte qui a été suivie par l'ouverture d'une enquête pour démystifier cette situation peu commune.

Le croix d'une tombe | photo : Pixabay

Le croix d'une tombe | photo : Pixabay

Isabelle se dit être choquée qu'on puisse s'attaquer à une chose aussi "sacrée". Pour la Marseillaise, cette disparition n'a rien de normal.

Elle ne peut se résoudre au fait que ce monument ait disparu du jour au lendemain sans laisser de traces. Sous le choc et toujours abasourdie par la situation, la soixantenaire s'est rendue à la direction du cimetière de Saint-Pierre à Marseille, lieu de l'incident, pour demander des explications.

Pour Isabelle, cette stèle n'a pas pu tout simplement se volatiliser comme par magie.

La réponse qu'elle y a eue ne l'a sans doute pas calmée. En effet, embarrassée par la situation, ce même bureau lui a annoncé qu'il s'agissait peut-être d'un vol.

"On nous a dit que c'était peut-être pour récupérer le marbre... Dans un premier temps, nous avions pensé à une erreur du cimetière",

confie Isabelle.

Une petite fille debout dans une cimetière | Photo : Pixabay

Une petite fille debout dans une cimetière | Photo : Pixabay

Un employé de Saint-Pierre imagine cependant une autre piste :

"Ça a pu être volé dans le but d'être revendu à un autre administré. C'est déjà arrivé",

glisse-t-il.

Une piste qui semble tout de même être tirée par les cheveux compte tenu de la lourdeur de la pierre tombale et de la sécurité du plus grand cimetière de Marseille.

"On ne parle pas de vol de vases ou de plantes mais bel et bien d'une tombe ! Ça paraît incroyable...",

souligne la victime.

Et pourtant, durant la discussion, la direction du cimetière de Saint-Pierre a avoué qu'il n'y avait pas suffisamment de gardiens. Au point que le cimetière avait même dû arrêter les enlèvements de sépultures non renouvelées cet été par manque de moyens financiers.

Une cimetière | photo : Pixabay

Une cimetière | photo : Pixabay

Une déclaration qu'a renforcée le conseiller municipal délégué aux cimetières et aux opérations funéraires, Maurice Rey, lorsqu'il a dit que :

"La quasi-totalité du personnel est concentrée sur 5 sites importants dont celui de Saint-Pierre. En France, 99 % des cimetières ne sont pas surveillés."

L'élu a également mentionné, en prenant en compte la possibilité d'un "braquage" de stèle, que des mesures avaient déjà été prises mais qu'il est actuellement difficile de fouiller les véhicules qui circulent quotidiennement dans le cimetière.

Mais les problèmes ne s'arrêtent pas uniquement à cette "disparition". En effet, en plus d'être l'une des victimes de cette situation, il semblerait qu'obtenir une réparation pour financer un autre monument serait impossible.

"On nous a expliqué qu'il aurait fallu être assuré... Mais comment voulez-vous que les gens imaginent qu'une tombe puisse être emportée ?",

déclare le mari d'Isabelle.

Cependant, Maurice Rey s'est engagé à faire évaluer le préjudice par leurs services et à la recevoir pour un dédommagement.

Ce cas de disparition de stèle n'est pas le seul cas étrange qui se passe dans les cimetières. Un bébé de 2 mois a été trouvé seul entre deux tombes dans un cimetière aux Philippines.

"Un bébé de deux mois abandonné à la mort dans un cimetière est sauvé." - Metro | Twitter