Trois soldats français décédés "accidentellement", lors d'une mission en Guyane

Huit militaires ont été victimes d’un accident lors d’une opération Harpie en Guyane le mercredi 17 juillet 2019. Trois d’entre eux y ont laissé leur vie et l'un d'entre les cinq blessés se trouve actuellement dans un état grave. 

Trois militaires ont perdu la vie dans un accident lors d’une mission anti-orpaillage clandestin en Guyane. Il s’agit des soldats du 19ème régiment du génie militaire de Besançon ayant rejoint le 9ème régiment d’infanterie de marine de Cayenne. 

La ministre des Armées, Florence Parly, a communiqué dans la soirée du mercredi 17 juillet 2019 la terrible nouvelle. 

"J'ai appris cette nuit avec beaucoup de tristesse la mort accidentelle de trois militaires français lors d'une mission dans le cadre de l'opération Harpie de lutte contre l'orpaillage illégal en Guyane",

a annoncé la ministre des Armées. 

CAUSE DE L’ACCIDENT 

Selon le parquet de Cayenne, la zone de l’opération est une forêt isolée située dans le secteur sud-ouest de la Guyane, plus précisément au cœur du Parc amazonien de Guyane, à Saint-Jean, Abounami.

Dans cette zone où plusieurs sites aurifères illégaux ont été repérés, il n'y a ni voie terrestre vers le littoral ni réseau téléphonique. 

“Alors que les militaires s'apprêtaient à disposer des charges explosives pour détruire les installations souterraines des orpailleurs, huit d'entre-eux ont été victimes d'émanations toxiques au fond d'une galerie. Immédiatement évacués et pris en charge par les premiers secours, trois militaires sont décédés”,

a détaillé la ministre Florence Parly. 

IDENTITÉS DES VICTIMES 

Toujours selon les informations communiquées par le chef d’état-major, trois militaires dont le sergent-chef Edgar Roellinger, le caporal-chef Mickaël Vandeville et le caporal-chef de 1ère classe Cédric, sont morts accidentellement.

Un autre militaire a été gravement blessé parmi les cinq autres victimes évacuées par voie aérienne à Cayenne.

“Les cinq autres ont été évacués à Cayenne où ils ont été hospitalisés. L'un d'entre eux est dans un état grave”, 

a ajouté la ministre. 

UNE OPÉRATION PÉRILLEUSE

En 2018, l’opération Harpie a permis de démolir plus de 700 sites d’orpaillage illégal, dont près de 4 500 carbets, environ 200 puits ainsi qu’une cinquantaine de galeries. Des concasseurs, des tables de levées et des centaines de motopompes ont également été détruits. 

Les militaires ont pu saisir une centaine de quads, plus de deux-cent armes, une centaine de kilos de mercure, et quelques kilos d’or lors de leur précédente mission. 

Lors de leur mission de survol au-dessus du Parc amazonien, en fin janvier 2019, 132 sites aurifères illégaux, comptant 123 sites alluvionnaires et 9 sites d'extraction d’or ont été repérés. Mais leur opération de ce mois de juillet 2019 pour détruire ces sites a viré au drame. 

LES DEUX SOLDATS TUÉS AU BURKINA FASO 

Dans la nuit du 9 mai 2019, deux soldats Français ont perdu la vie au Burkina Faso. Ils étaient parti en mission en Afrique pour sauver deux touristes français, et deux personnes d’autres nationalités, pris en otage mais ils y ont laissé leur vie. Qui sont ces deux soldats morts en héros ?

  
Les postes connexes
Actu France May 10, 2019
Deux soldats français sont morts au Burkina Faso : ils ont sauvé 4 otages dont 2 français
Actu France May 13, 2019
En larmes, la compagne du soldat français décédé réagit
Macron May 11, 2019
Accueil des deux français ex-otages du Sahel, ce soir en France
International May 12, 2019
Burkina Faso : Qui étaient Cédric et Alain, deux soldats français morts si jeunes ?