ActualitésPeople

28 mars 2020

Coronavirus : Les paroles très touchantes de Suzanne Hoylaerts avant de décéder

Partager
FacebookTwitterLinkedInEmail

Annonces

Le coronavirus fait toujours plus de victimes à chaque jour qui passe. En refusant un respirateur, Suzanne Hoylaerts, 90 ans, a fait preuve d'un grand courage et d’une grande abnégation avant de décéder.

Chez AmoMama, nous faisons de notre mieux pour vous donner les dernières nouvelles concernant la pandémie COVID-19, mais la situation est en constante évolution. Nous encourageons les lecteurs à se référer aux mises à jour en ligne du Ministère des Solidarités et de la Santé, de l'OMS ou des départements de santé locaux pour rester informés. Prenez soin de vous !

L’année 2020 a particulière été marquée par la pandémie du coronavirus. Malgré les mesures de confinement, la situation ne semble pas s’arranger.

Annonces

Annonces

Le samedi 21 mars, Suzanne Hoylaerts, 90 ans, est devenue une victime de plus du Covid-19. Ceci étant, la nonagénaire s’est encore préoccupée du bien être d'autrui en pleine agonie. Elle a volontairement refusé un respirateur au profit des autres.

UNE VICTIME DE PLUS DU COVID-19

Encore très attristée par le décès de sa mère, Judith a néanmoins accepté de se confier au Het Laatste Nieuws. Si au départ, Suzanne Hoylaerts avait l'air de souffrir d’une pneumonie, elle a finalement succombé des suites du coronavirus.

En voyant sa mère perdre l'appétit et s'essouffler, Judith s'est empressée de l'emmener chez le médecin. D’autant plus que cette habitante de Lubbeek, une commune néerlandophone de Belgique, a de graves antécédents médicaux, notamment une pneumonie.

Annonces

Annonces

La situation étant un peu inquiétante, le médecin a conseillé à sa fille de l'emmener à l'hôpital. Seulement voilà, dès leur arrivée à l'hôpital, les choses se sont compliquées puisque Judith a été contrainte de laisser sa mère toute seule à l'hôpital conformément aux mesures de sécurité contre le coronavirus.

CES DERNIERS MOTS

Consolant sa fille, Suzanne lui a dit :

"Tu ne dois pas pleurer. Tu as fait tout ce que tu as pu. J’ai eu une belle vie."

Ces paroles extrêmement touchantes furent les derniers mots de la nonagénaire envers sa fille. De nature altruiste comme l’a confessé Judith, Suzanne a fait un dernier acte de bonté avant de mourir. Ainsi quand les médecins ont voulu la mettre sous respirateur, elle a refusé en bloc préférant le donner aux autres

Annonces

“Puisque j’ai choppé cette ‘bébête’, je ne veux pas de respiration artificielle. Gardez cela pour les plus jeunes. J’ai déjà eu une belle vie.”

Médecin dans le Laboratoire. | Photo : Pixabay

Annonces

Ce fut à la fois un acte d’abnégation et de courage car bien que la mort soit inéluctable, ce n’est guère facile de renoncer à la vie.

Encore très chagrinée, Judith se pose encore de question sur la manière dont sa mère a contracté le coronavirus puisqu'elle n'avait ni toux ni fièvre avant de se rendre à l’hôpital.

Ce qui est encore plus triste c’est qu’elle n’a même pas eu le droit d’assister à l’enterrement de sa mère. 

INFECTÉ PAR LE CORONAVIRUS, IL DONNE DE SES NOUVELLES

Cette pandémie du coronavirus n'épargne personne. Que ce soit les citoyens lambdas ou les personnalités, tout le monde est concerné.

Annonces

D’ailleurs, le Prince Albert II de Monaco, testé positif au coronavirus a récemment donné des nouvelles de sa santé.

Annonces